Publicité
Accueil > Fil actus Santé > cancérologie
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2012-11-28
Fil actus Santé

Tags: auto-greffe -  bassin -  sarcome -  Marseille - 
Cancer des os : une auto-greffe réussie - Fil actus Santé
Cancer des os : une auto-greffe réussie

Le 12 mai dernier, une équipe de chirurgiens de l'Assistance Publique-Hôpitaux de Marseille (AP-HM) a réussi une opération hors du commun : reconstruire une partie du bassin d'une femme de 52 ans atteinte d'un cancer des os, à partir d'un morceau de son fémur. D'après le communiqué publié hier, l'auto-greffe est un succès, la patiente a retrouvé l'usage de ses jambes et serait en pleine rémission

Publicité

Au printemps dernier, Pierre-Olivier Pinelli et ses collègues de l'AP-HM se retrouvent confrontés à un choix douloureux. Une de leurs patientes, âgée de 52 ans, est atteinte d’un sarcome (cancer des os) qui s'est propagé le long de son bassin, l'empêchant de marcher.

Afin de lutter contre la tumeur, les médecins tentent différents traitements, tels que la chimiothérapie et la radiothérapie. Malheureusement, ces thérapeutiques « standard » n'ont aucun effet sur la patiente. La situation devenant critique pour la santé de cette dernière, les praticiens n’ont pas d'autre choix que l'opérer. Si l'amputation est envisagée, faute de pouvoir tenter une greffe - la masse osseuse à remplacer étant trop importante - ou de fixer une prothèse, l'équipe de chirurgiens décide de tenter une auto-greffe, évitant ainsi le rejet par l'organisme d'un « corps étranger ». Cette opération rare consiste à utiliser un os sain de la patiente afin de remplacer la partie touchée par le cancer.

Il a fallu douze heures pour enlever la partie du bassin atteinte par la lésion cancéreuse, la remplacer par un bout du haut d'un fémur non affecté. L'opération est un succès. Six mois ont tout de même été nécessaires aux chirurgiens pour être sûrs que la greffe avait pris, et que la patiente était totalement remise. C'est le cas : d'une part, elle a retrouvé l'usage de sa jambe, et d'autre part, elle est en rémission de son cancer.


Article écrit le 2012-11-28 par Olivier Frégaville-Arcas _ information hospitalière
Source: Accéder à la source


Publicité

En savoir plus