Publicité
Accueil > Politique de Santé - Santé publique > Revue de presse santé
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2012-12-05
Politique de Santé - Santé publique

Tags: bioéthique -  embryon -  cellules souches embryonnaires - 
Les sénateurs donnent une nouvelle fois leur  feu vert à la recherche sur l'embryon - Politique de Santé - Santé publique
Les sénateurs donnent une nouvelle fois leur feu vert à la recherche sur l'embryon

Nouveau rebondissement concernant la loi de bioéthique. Alors que le gouvernement précédent avait maintenu le régime d’interdiction avec dérogation pour la recherche sur l'embryon, le Sénat a voté une nouvelle fois, cette nuit, une proposition de loi autorisant, de manière encadrée, la recherche sur l'embryon et les cellules souches. Attendu par les chercheurs, ce texte a reçu l’appui du gouvernement.

Publicité

Depuis la révision de la loi de 2004 sur la bioéthique, la recherche sur l’embryon et les cellules souches embryonnaires est interdite en France. Dans certains cas, il est toutefois possible de demander une dérogation à l’Agence de biomédecine pour pouvoir travailler sur ces tissus particuliers, une situation complexe et paradoxale qui ne satisfait pas la plupart des chercheurs travaillant sur les cellules souches embryonnaires. Ces derniers estiment qu’une telle loi est un frein manifeste à la recherche.

Pour la seconde fois en moins de deux ans, le Sénat français adopte une proposition de loi visant à autoriser de manière très encadrée la recherche sur l’embryon et sur les cellules souches. Cette évolution législative permettrait à notre pays de se doter d’un texte de loi plus proche des textes en vigueur dans d'autres pays, tels que le Royaume-Uni, l'Espagne, ou les États-Unis, notamment.

Initié par des sénateurs de gauche, avec l’appui du gouvernement, le texte a été adopté à une large majorité (deux-cent-trois voix pour, et soixante-quatorze voix contre). Le sujet a divisé l'UMP et les centristes, dont certains affiliés ont voté en faveur de l’évolution de la loi. Afin d’être définitivement adopté, le texte doit maintenant être soumis au vote des députés… Affaire à suivre…

Article écrit le 2012-12-05 par Olivier Frégaville-Arcas _ Information hospitalière
Source: AFPAccéder à la source


Publicité

En savoir plus

(crédit photo : hémicycle du palais du Luxembourg © wikimedia commons)