Publicité
Accueil > Fil actus Santé > Embryologie
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2012-12-13
Fil actus Santé

Tags: Ovocytes -  vitrification - 
Vitrification des ovocytes : des experts favorables à la levée de l’interdiction - Fil actus Santé
Vitrification des ovocytes : des experts favorables à la levée de l’interdiction

Alors que la loi de bioéthique de 2011 interdit la conservation des ovocytes à des fins personnelles, le Collège national des gynécologues et obstétriciens français (CNGOF) vient dans un avis, rendu public mercerdi 12 décembre, de prendre position pour la levée de cette mesure. En souhaitant autoriser la vitrification des ovocytes pour les femmes qui font le choix d’avoir des enfants ultérieurement, les experts relancentle débat.

Publicité

La loi de bioéthique de juillet 2011 est claire, sans raison médicale (prise d’un traitement stérilisant), il n’est pas possible sur le sol français à une femme de conserve ses ovocytes. Les experts sont pourtant catégoriques, la méthode de vitrification est, avec le don d’ovocytes, une des rares méthodes pour lutter contre l’infertilité post ménopause. Face à ce constat et « pour des raisons sociétales », dans un communiqué paru, hier, le Collège national des gynécologues et obstétriciens français (CNGOF) s’est dit favorable à une levée de cette interdiction. Ce qui permettrait non seulement de faire face à la pénurie de don d'ovocytes et éviterait d’avoir recours à des centres étrangers.

Par ailleurs, les experts du CNGOF soulignent que la loi actuelle est parfaitement inégale et « éthiquement inacceptable ». En effet, si l’autoconservation de gamètes est autorisée pour les hommes, notamment avant une chimiothérapie, mais aussi pour des raisons de convenances, elle est interdite pour les femmes. D’autant plus, renchérissent les experts, que la baisse de fertilité chez les femmes est de plus en plus précoce (parfois avant 35 ans) et qu’elles sont de plus en plus nombreuses à souhaiter des grossesses tardives, notamment pour des raisons professionnelles.

Alors que de nombreux pays ont déjà accepté le principe d’autoconservation des ovocytes par convenance, et que la Société européenne de reproduction humaine et d’embryologie (ESHRE) a rendu récemment un avis favorable, l’avis du CNGOF relance le débat…

Article écrit le 2012-12-13 par Olivier Frégaville-Arcas _ Information hospitalière
Source: AFPAccéder à la source


Publicité

En savoir plus