Publicité
Accueil > Fil actus Santé > Santé publique
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2012-12-18
Fil actus Santé

Tags: benzodiazépines -  tranquilisants -  stress -  anxiété -  démence - 
Haro sur les benzodiazépines  - Fil actus Santé
Haro sur les benzodiazépines

Afin d’avertir les personnes trop habituées à consommer des tranquillisants des risques qu’elles prennent, l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a tenu à rappeler, dans un point d'information, qu’il existait un lien certain entre la prise de benzodiazépines et le risque de démence chez les plus de 65 ans. Face à ce constat, les autorités sanitaires souhaitent que les prescriptions concernant ce type de médicament soient les plus courtes possibles.

Publicité

Les Français sont de gros consommateurs de médicaments, et tout particulièrement de ceux permettant de lutter contre le stress, l’anxiété et les insomnies. Ainsi, les benzodiazépines feraient partie du peloton de tête, avec une utilisation record de 30% chez les plus de 65 ans contre 20% en Espagne ou encore 15 % en Australie.

Au delà de cette surconsommation très française, du risque de dépendance, de chutes ou de troubles de la mémoire, plusieurs études récentes, dont une de l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), ont montré qu’il existait un lien certain entre la prise de ce type de médicaments et la survenue de démences chez les consommateurs de plus de 65 ans. Face à ce constat, l’ ANSM a tiré la sonnette d’alarme et a tenu à rappeler aux prescripteurs de ce type de médicament qu’ils ne devaient être envisagés qu’en cas d’échec des autres thérapies.

Par ailleurs, les experts ont souligné l’importance de réduire la période de prise. L’ANSM a donc émis de nouvelles recommandations qui précisent que pour les hypnotiques (somnifères), la durée de prescription ne doit pas dépasser 4 semaines et pour les anxiolytiques 12 semaines et que les ordonnances doivent être régulièrement revues par le médecin prescripteur.

Cet?? avis de l’ANSM, qui fait suite à celui de la Haute autorité de santé (HAS) qui avait appelé à cesser les prescriptions systématiques de somnifères chez les personnes âgées de plus de 65 ans, pourrait à terme modifier le comportement des Français face à ce type de traitement…



Article écrit le 2012-12-18 par Olivier Frégaville-Arcas _ Informatin hospitalière
Source: ANSMAccéder à la source


Publicité

En savoir plus