Publicité
Accueil > Fil actus Santé > Endocrinologie
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2013-01-14
Fil actus Santé

Tags: Anorexie -  boulimie -  hyperactivité -  sérotonine - 
Anorexie mentale et hyperactivité physique, un mécanisme moléculaire en commun  - Fil actus Santé
Anorexie mentale et hyperactivité physique, un mécanisme moléculaire en commun

Des chercheurs de l’Inserm et du CNRS auraient mis en évidence un mécanisme moléculaire commun entre l’anorexie mentale et l’hyperactivité physique. C’est ce que révèle une étude publiée dans la revue Translational Psychiatry. Cette découverte pourrait ouvrir la voie à de nouvelles pistes thérapeutiques pour soigner ces troubles du comportement.

Publicité

Trouble grave du comportement alimentaire, l’anorexie touche de plus en plus d’adolescents et d’adolescentes dans les pays industrialisés. Depuis plusieurs années, la plupart des spécialistes estimaient que l'hyperactivité des anorexiques était liée au fait de perdre du poids plus vite en brûlant des calories. C’était donc considéré comme un acte intentionnel. Une étude, menée par des chercheurs de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), du Centre national de recherche scientifique (CNRS) et des Universités de Montpellier et de Nîmes, pourrait bien modifier notre vision sur ce sujet.

En étudiant et en analysant le comportement de souris génétiquement modifiées afin de développer une affection similaire à l’anorexie humaine, Valérie Compan et ses collègues ont constaté une "surexpression" du récepteur 5-HT4 à la sérotonine dans la zone du cerveau impliquée dans la récompense. Ce dernier est connu pour jouer un rôle majeur dans le contrôle de l'hyperactivité motrice des rongeurs.

C’est la première fois qu’une équipe de chercheurs arrive à faire un lien moléculaire entre l'anorexie et l'hyperactivité. Par ailleurs, les travaux de Valérie Compan ont permis de confirmer l’existence de liens entre addiction à la cocaïne et anorexie. Ce qui pourrait signifier que ce trouble grave du comportement serait une forme de dépendance.

Autre point important, les chercheurs ont constaté que le récepteur 5-HT4 à la sérotonine peut dans certains cas être inactivé et entraîné une prise alimentaire excessive et non contrôlée, un comportement typiquement boulimique. Ainsi,pour les personnes touchées, l’alternance de comportements anorexiques et boulimiques pourrait s’expliquer par des perturbations au niveau de ce récepteur qui est soit trop actif soit totalement inactif.

En améliorant les connaissances biologiques sur l’anorexie, les chercheurs français espèrent un jour mettre au point des thérapeutiques appropriées afin d’améliorer la vie des jeunes adolescents touchés par cette maladie, qui peut dans ...

Page suivante (2 / 2)

Article écrit le 2013-01-14 par Olivier Frégaville-Arcas _ Information hospitalière
Source: AFPAccéder à la source


Publicité

En savoir plus