Publicité
Accueil > Politique de Santé - Santé publique > Gynécologie obstétrique
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2013-02-04
Politique de Santé - Santé publique

Tags: Maternité -  Naissance -  Fœtus - 
Maternité : le décès d’un bébé in utero remet il en cause le plan périnatalité ?  - Politique de Santé - Santé publique
Maternité : le décès d’un bébé in utero remet il en cause le plan périnatalité ?

Réputé et flambant neuf le service maternité de Cochin-Port Royal a été le théâtre, jeudi dernier, d’un drame qui pourrait être imputable à un problème structurel induit par la mise en place du plan périnatalité et par la classification des maternités en trois niveaux. Afin de faire toute la lumière sur cette affaire, Marisol Touraine, ministre de la Santé, a demandé l’ouverture d’une enquête administrative et médicale…

Publicité

Que s’est il passé la semaine dernière, pour, qu’en plein cœur de Paris, une jeune femme, suivie à la maternité de Cohin-Port Royal, arrive dans la nuit de jeudi à vendredi avec dans son ventre un fœtus mort à terme in utero ? Saturation du service, dysfonctionnement, s'il est trop tôt pour tirer les conséquences de ce drame, le parquet de Paris a ouvert, hier, une enquête préliminaire pour déterminer avec exactitude les évènements qui ont abouti à cette issue fatale. En parallèle, l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), en accord avec la ministre de la Santé, a diligenté une enquête médicale et administrative auprès d’experts pluridisciplinaires tant internes qu’externes. Les premiers résultats devraient être connus d’ici un mois.

Mardi et jeudi dernier, la jeune femme ayant mené à terme de sa grossesse s’était déjà présentée à la maternité de l’hôpital Cohin-Port Royal, afin que l’accouchement soit déclenché. Après quelques examens, elle a été renvoyée à son domicile. La nuit suivante, quand elle revient dans le service de néonatalité, il est trop tard. Son enfant à naître est mort. D’après le couple, le service était saturé, information confirmée par Dominique Cabrol, gynécoloque dans cet établissement, qui s’est exprimé à ce sujet dans les colonnes du Parisien.

Les question auxquelles doivent répondre les experts sont simples : y a t il eu faute médicale ? N’était-il pas possible de transférer la patiente dans une autre maternité parisienne ?...

Dans l’attente des conclusions de l’enquête préliminaire, Jean Marty, président du Syndicat national des gynécologues et obstétriciens français (Syngof) qui s’associe à la douleur de la famille, estime que ce drame est malheureusement une des conséquences directes de la mise en place du plan périnatalité et la classification des maternités en 3 types (décret de 1998), qui va de la prise en ...

Page suivante (2 / 2)

Article écrit le 2013-02-04 par Olivier Frégaville-Arcas _ Information Hospitalière
Source: Accéder à la source


Publicité

En savoir plus