Publicité
Accueil > Politique de Santé - Santé publique > Cardiologie
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2013-02-11
Politique de Santé - Santé publique

Tags: Statines -  Cholestérol - 
Cholestérol : les statines dans la tourmente ? - Politique de Santé - Santé publique
Cholestérol : les statines dans la tourmente ?

Après avoir été portées aux nues, les statines sont de nouveau accusées de tous les maux. Y-a-t-il des risques à prendre ce type de traitement pour lutter contre le cholestérol ? C’est la conclusion du livre "La vérité sur le cholestérol" (sortie le 21 février), de Philippe Even, pneumologue et auteur de plusieurs ouvrages dénonçant les dérives autour des médicaments.

Publicité

Médicaments miracles pour certains, inutiles pour d’autres, voire à l’origine de trop d’effets secondaires pour quelques médecins, les statines font régulièrement parler d’elles. Mises sur le marché à la fin des années 80, ces hypolipidémiants sont surtout utilisés pour faire baisser la cholestérolémie de patients à risques de maladies cardiovasculaires. Actuellement, on estime que des centaines de millions de personnes à travers le monde reçoivent ce type de traitement.
Les différentes études menées sur les statines ont montré qu’elles permettaient de réduire le taux de LDL-cholestérol (le mauvais cholestérol) de 15 à 30 %, d’où l’engouement qu’elles suscitent depuis plus de vingt ans. Toutefois, des médecins ont constaté que malgré le bénéfice indéniable apporté aux patients, cette classe de médicaments était à l’origine de nombreux effets secondaires, notamment en causant de graves troubles musculaires, hépatiques, ou neurologiques. Depuis le scandale du Stator®, responsable d’une cinquantaine de décès, les autorités sanitaires ont édicté des recommandations spécifiques qui invitent les médecins à faire un suivi encadré des patients à qui ils prescrivent des statines.
Malgré les risques encourus par la prise de statines (20 fois inférieurs toutefois à ceux induits par l’aspirine), la plupart des spécialistes estiment que le bénéfice est largement suffisant pour justifier d'en poursuivre la prescription pour les personnes présentant un risque cardio-vasculaire élevé (réduction de 30 % de la mortalité). Dans son livre , Philippe Even conteste ces résultats, estimant que les études sont biaisées, la plupart des chercheurs impliqués dans les essais cliniques étant pris dans des conflits d’intérêts
En 2005, l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM), anciennement l’Afssaps, avait estimé, dans un rapport de bonnes pratiques, que les statines ne pouvaient être qu’un traitement de seconde intention. Visiblement, d’après Philippe Even, ces recommandations sont loin d’être suivies. Plusieurs ...

Page suivante (2 / 2)

Article écrit le 2013-02-11 par Olivier Frégaville-Arcas _ Information hospitalière
Source: AFPAccéder à la source


Publicité

En savoir plus