Publicité
Accueil > Actualité médicale > Neurologie
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application

Biofutur


Partenaires


Publicité

2013-02-15
Actualité médicale

Tags: Maladie de parkinson -  stimulation cérébrale profonde - 
Maladie de Parkinson : du nouveau dans la stimulation profonde - Actualité médicale
Maladie de Parkinson : du nouveau dans la stimulation profonde

Utilisée chez des patients atteints de la maladie de Parkinson à un stade avancé, la stimulation cérébrale profonde (SCP) pourrait bien améliorer la qualité de vie de ceux qui n’en sont qu’aux prémices de la maladie, en réduisant l’ampleur de certains symptômes, comme les tremblements et la rigidité. C’est ce que révèle une étude allemande publiée dans le New England Journal of Medecine (NEJM).

Publicité

Maladie neurologique chronique dégénérative qui se déclare entre 45 et 70 ans, la maladie de Parkinson affecte le système nerveux central. Elle est à l’origine de troubles essentiellement moteurs, à évolution progressive. Reconnaissable aux tremblements incontrôlés des membres du patient, cette pathologie est la conséquence directe de la destruction lente de neurones du locus niger (ou « substance noire ») et d'un,e atteinte des faisceaux nigro-striés. En France, elle toucherait un peu plus de 150 000 personnes. S’il n’existe aucun traitement curatif, il est possible avec le Lévodopa, un médicament contenant un précurseur de la dopamine, de ralentir l’évolution de la maladie et ainsi, d’améliorer la qualité de vie des patients. Dans certains pays, , il est possible pour quelques cas graves, d’avoir recours à la stimulation cérébrale profonde. On estime qu’un peu plus de 100 000 parkinsoniens dans le monde y ont accès.

Afin de mieux comprendre les mécanismes impliqués dans la précocité de complications motrices et tenter de les ralentir, Günther Deuschl et ses collaborateurs de l'Université Christian-Albrecht en Allemagne ont mené, durant 2 ans, une vaste étude, baptisée EARLYSTIM, portant sur 251 personnes atteintes de la maladie dans 17 centres situés en Allemagne et en France.

Alors qu’une partie des participants a été traitée au seul Lévodopa, l’autre partie a bénéficié, en plus de ce traitement standard, d’une thérapeutique à base de stimulation cérébrale profonde. Cette technique consiste à implanter deux électrodes dans le cerveau afin de délivrer un courant électrique continu qui stimule l’activité cérébrale.

Les premiers résultats montrent une amélioration moyenne de 26 % de la qualité de vie du second groupe par rapport à celle du premier, une amélioration de 53 % des capacités motrices, ainsi que de 30 % pour diverses activités de la vie quotidienne, telles que la ...

Page suivante (2 / 2)

Article écrit le 2013-02-15 par Olivier Frégaville-Arcas _Information hospitalière
Source: Eurekalert Accéder à la source


Publicité

En savoir plus