Publicité
Accueil > Fil actus Santé >
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2013-02-18
Fil actus Santé

Tags: CNOM -  Euthanasie -  fin de vie - 
Euthanasie : l’ordre des médecins favorable à une sédation terminale ?  - Fil actus Santé
Euthanasie : l’ordre des médecins favorable à une sédation terminale ?

En plein débat sur la fin de vie (relancé notamment par la mise à pied du docteur Bonnemaison et la parution du rapport Sicard), dans un avis publié jeudi dernier, le Conseil national de l'Ordre des médecins pourrait, sous certaines conditions très précises, envisager qu’un collège médical autorise une «sédation terminale» pour des patients en fin de vie ayant émis des «requêtes persistantes, lucides, et réitérées». C’est la première fois que les sages du boulevard Haussmann font un pas vers l’euthanasie…

Publicité

C’est en invoquant « un devoir d'humanité » que l’Ordre des médecins ouvre, pour la première fois, une voie vers l’autorisation de l’euthanasie en France. Si le rapport abonde plutôt vers une aide médicale très encadrée en fin de vie, les membres de cette instance, sise boulevard Haussmann, estiment que cette solution ne doit être réservée qu’à des situations et des cas exceptionnels. C’est pour cette raison que la « sédation terminale » ne devrait être utilisée que « sur des requêtes persistantes, lucides et réitérées de la personne, atteinte d'une affection pour laquelle les soins curatifs sont devenus inopérants et les soins palliatifs instaurés. » Par ailleurs, cette « décision médicale ne pourra être prise que devant des situations cliniques exceptionnelles, sous réserve qu'elles soient identifiées comme telles, non pas par un seul praticien mais par une formation collégiale», et uniquement lorsque la loi Leonetti de 2005 ne peut pas apporter de solution.

Afin de ne pas employer le terme d’euthanasie, l’Ordre parle d’assistance médicalisée pour mourir. La nuance est notable, d’autant plus que les membres de cette instance estiment que la loi Leonetti permet de gérer la plupart des cas. En effet, cette dernière autorise « l'emploi de traitements à doses efficaces pour soulager le patient en fin de vie, avec son accord, quand bien même ces doses seraient susceptibles d'écourter ce qui reste de vie
Après des mois de réflexions, le comité d’experts de l’Ordre a toutefois rappelé que certaines agonies prolongées et certaines douleurs psychologiques et/ou physiques ne permettaient pas de s’appuyer sur des règles légales pour soulager le patient et lui permettre de partir dignement. C’est pour cette raison qu’il pourrait être envisagé d’avoir recours, dans ces cas exceptionnels, à « une sédation adaptée, profonde et terminale, délivrée dans le respect de ...

Page suivante (2 / 2)

Article écrit le 2013-02-18 par Olivier Frégaville-Arcas _ Information hospitalière
Source: AFPAccéder à la source


Publicité

En savoir plus





: Sur le même thème...