Publicité
Accueil > Fil actus Santé > Cardiologie
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2013-02-25
Fil actus Santé

Tags: Maladie de Kawasaki -  Cardiopathie -  anévrisme - 
La maladie de Kawasaki, dépistable par un simple test urinaire - Fil actus Santé
La maladie de Kawasaki, dépistable par un simple test urinaire

Des chercheurs américains ont mis en évidence les premiers biomarqueurs de la maladie de Kawasaki. Cette découverte, révélée dans la dernière édition de la revue EMBO Molecular Medicine, devrait faciliter le dépistage précoce de cette affection cardiaque, très difficile à diagnostiquer. A terme, un simple test urinaire changera le quotidien de milliers de personnes…

Publicité

Maladie infantile d'origine immunologique, consistant en une vascularite fébrile (inflammation) touchant les artères de moyen et petit calibres, la maladie de Kawasaki touche particulièrement les populations asiatiques. Si elle est émergente en Europe depuis quelques années, elle n’en est pas pour autant absente. Actuellement, on estime sa prévalence à 17 cas pour 100 000 personnes dans nos contrées, contre 113 cas au Japon, pays le plus touché. Si les origines de cette affection infantile sont encore inconnues, la plupart des spécialistes penchent pour une maladie infectieuse dont les germes entraîneraient l’inflammation des artères. Seule certitude : elle se déclenche le plus souvent avant l’âge de 5 ans.

D’après Susan Kim, rhumatologue à l'hôpital pour enfants de Boston, et principale initiatrice de l’article paru dans la revue EMBO Molecular Medicine, près de 80 % des enfants dépistés sont actuellement traités. Seul problème, le diagnostic de cette maladie est particulièrement complexe. Il résulte d’un examen très long , combinant l’observation de nombreux critères. En raison des nombreux symptômes associés, certains patients peuvent passer au travers du diagnostic. Non ou mal soignée, la maladie de Kawasaki peut avoir de graves conséquences et entraîner des cardiopathies graves ou des anévrismes des artères coronaires.

Afin d’améliorer la détection de la maladie, Susan Kim et ses collaborateurs ont étudié la composition protéique de l’urine des patients atteints de cette affection, et l’ont comparée à celle de personnes sans signe de cette pathologie. En utilisant une spectrométrie de masse et la méthode immuno-enzymatique, ils ont mis en évidence 190 molécules spécifiques de la maladie de Kawasaki. Une analyse, plus précise, a permis aux chercheurs d’identifier deux protéines (filamine C and meprine A), liées aux lésions et à l’inflammation des artères, et susceptibles de permettre de dépister près de 98 % des malades.

Devant ces ...

Page suivante (2 / 2)

Article écrit le 2013-02-25 par Olivier Frégaville-Arcas _ Information hospitalière
Source: NewswiseAccéder à la source


Publicité

En savoir plus