Publicité
Accueil > Pratique médicale > Cancérologie
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2013-03-04
Pratique médicale

Tags: cancer du sein - 
Cancer du sein : une  opération inédite en France, réalisée en région parisienne - Pratique médicale
Cancer du sein : une opération inédite en France, réalisée en région parisienne

Le Centre hospitalier Sud-francilien de Corbeil-Essonnes a été le théâtre, le mois dernier, d’une opération hors du commun pratiquée sur une femme de 53 ans atteinte d’un cancer du sein à un stade avancé. Afin de soigner cette patiente et améliorer ses chances de survie, les chirurgiens ont procédé à une intervention jamais réalisée en France : associer ablation et reconstruction du sein à un transfert de ganglions vascularisés. 10 jours après l’opération, la quinquagénaire se porte comme un charme et serait en voie de guérison…

Publicité

En France, la tumeur des glandes mammaires est la première cause de décès par cancer chez la femme. Actuellement, plus 53 000 de nos concitoyennes seraient touchées chaque année, et un peu moins de 12 000 succomberaient des suites de cette maladie. La plupart des spécialistes estiment qu’au cours de sa vie, une femme sur huit sera frappée par un cancer du sein. C’est un fait : la fréquence de ce type de tumeur dans les populations occidentales ne cesse d’augmenter. En cause, plusieurs facteurs tels l’alimentation, la sédentarité, et le vieillissement de la population. Actuellement, il existe plusieurs traitements pour lutter contre cette maladie. Toutefois, la garantie d'un meilleur taux de survie dépend d'une démarche quasiment incontournable : le dépistage précoce.
Dans le cas de cette patiente francilienne de 53 ans, les médecins étaient face à un dilemme. Une biopsie a permis de montrer que le cancer dont elle souffrait, était à un stade avancé. « Dans ce type de situation, explique Benoît Ayestaray, responsable de l’unité de chirurgie plastique et reconstructrice du Centre hospitalier Sud-francilien de Corbeil-Essonnes, nous procédons à la mastectomie et nous retirons les ganglions de l’aisselle, car ils peuvent aussi être envahis. Or, le fait d’enlever ces ganglions et d’être soumis à de la radio-chimiothérapie peut favoriser la survenue d’un lymphœdème : le bras se met à gonfler, il devient plus lourd, avec des infections possibles. »
Si l’intervention permet de retirer les cellules cancéreuses et d’améliorer les chances de survie de la patiente, les effets secondaires peuvent être difficiles à supporter et causer un véritable handicap dans la vie quotidienne. Alors que sa main augmente de volume, la femme opérée perd la sensibilité dans les doigts.
Afin d’éviter ces désagréments à sa patiente, le chirurgien, en accord avec ses ...

Page suivante (2 / 3)

Article écrit le 2013-03-04 par Olivier Frégaville-Arcas _ Information hospitalière
Source: AFPAccéder à la source


Publicité

En savoir plus