Publicité
Accueil > Fil actus Santé >
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2013-03-21
Fil actus Santé

Tags: Cancer du col de l'utérus -  Papillomavirus -  Gardesil -  vaccin - 
Cancer du col de l’utérus : moins d’un tiers des ados vaccinées - Fil actus Santé
Cancer du col de l’utérus : moins d’un tiers des ados vaccinées

En France, quelle que soit la maladie, la vaccination n’a pas la cote… Preuve en est, une étude publiée dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) de l’Institut de veille sanitaire (InVS) qui montre qu'un tiers seulement des adolescentes françaises sont vaccinées contre le cancer du col de l’utérus. Si ce traitement préventif n’est pas obligatoire, il est conseillé aux jeunes filles, dès 14 ans, afin de les prémunir contre le papillomavirus…

Publicité

Chaque année, un peu plus de 3 000 Françaises développent un cancer du col de l’utérus, et 1 000 d’entre elles décèdent des suites de cette maladie. Actuellement, cette affection est la 12e cause de mortalité par cancer chez la femme. Pourtant, ce n’est pas une fatalité. Pour se prémunir contre le risque de développer cette tumeur, il suffit d’être vaccinée contre les papillomavirus (HPV) avant le premier rapport sexuel. En tout, les spécialistes estiment qu’il existe une quarantaine d’HPV différents. Toutefois, 70 % des cas de survenue d'un cancer du col de l’utérus sont dus aux virus de types 16 et 18. Les choses étant bien faites, les deux vaccins préventifs contre cette tumeur et commercialisés en France (Gardasil des laboratoires Merck, et Cervarix de GSK) sont efficaces, surtout contre ces deux agents pathogènes spécifiques. Afin de réduire la mortalité associée au cancer du col de l’utérus, les autorités sanitaires préconisent la vaccination aux jeunes filles, avant 14 ans (bientôt 11…), et pour les femmes adultes, le frottis cervico-vaginal, qui permet de détecter précocement l’apparition de lésions précancéreuses.

Selon l’étude publiée dans la revue BEH et réalisée par des experts de l’Institut de veille sanitaire (InVS), la couverture vaccinale contre l’HPV est loin d’être optimale. En France, en 2011, moins d’une adolescente sur trois était vaccinée contre le cancer du col de l’utérus. La raison essentielle de ce manque d’observance est liée au fait qu’il faut injecter 3 doses de vaccin pour que celui-ci soit efficace : le plus souvent, les jeunes filles n’en reçoivent qu’une seule...

Pourquoi ce manque d’adhésion à la vaccination contre le HPV ? Tout simplement parce que dans notre pays, celle-ci n’est pas obligatoire, et que plusieurs études, en 2010, avaient fait état de risques plus ou moins importants pour ...

Page suivante (2 / 2)

Article écrit le 2013-03-21 par Olivier Frégaville-Arcas _ Information hospitalière
Source: BEH ; InVSAccéder à la source


Publicité

En savoir plus

(crédit photo : papillomavirus © wikimedia commons)





: Sur le même thème...