Publicité
Accueil > Fil actus Santé > Cardiologie
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2013-04-02
Fil actus Santé

Tags: hypertension -  infarctus - 
L’hypertension à l’honneur de la Journée mondiale de la Santé - Fil actus Santé
L’hypertension à l’honneur de la Journée mondiale de la Santé

A travers le monde, une personne sur trois souffre d’hypertension artérielle. Face à ce fléau, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a souhaité que cette année, la Journée mondiale de la Santé qui se déroulera le 7 avril, soit consacrée à cette maladie silencieuse. En rappelant l’importance du dépistage précoce, les experts espèrent, à terme, mieux prévenir et mieux prendre en charge cette affection qui, mal suivie, peut entraîner la mort.

Publicité

L'hypertension artérielle se définit par une pression artérielle trop élevée. A terme, elle peut accroître les risques d'accidents vasculaires cérébraux, d'infarctus du myocarde, d’insuffisance cardiaque, voire de démence. Ce trouble toucherait actuellement un peu plus de 15 millions de Français, dont 6 millions de femmes. Les principales causes de cette maladie silencieuses sont liées à l’hygiène de vie. Sédentarité, stress au travail, consommation excessive de sel, surpoids et tabagisme sont les principaux facteurs de risque de survenue de l’hypertension. Il est donc possible d’influer sur notre environnement pour prévenir cette affection.
Aucun symptôme spécifique ou clairement identifiable ne permet de diagnostiquer l’hypertension. Il est donc conseillé de se faire dépister régulièrement. D’après les spécialistes, un tiers des personnes touchées par l’hypertension artérielle ignorent tout de leur état.
Devant cet état de fait alarmant, l’OMS a décidé, cette année, de lancer une campagne mondiale d’information et de sensibilisation pour réduire le nombre de décès dus aux suites d’une hypertension mal traitée. En effet, les dernières études épidémiologiques montrent qu’elle serait responsable de près de la moitié des décès dus aux accidents vasculaires cérébraux et aux cardiopathies.

Article écrit le 2013-04-02 par Olivier Frégaville-Arcas _ Information hospitalière
Source: OMSAccéder à la source


Publicité

En savoir plus