Publicité
Accueil > Fil actus Santé > Pneumologie
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application

Biofutur


Partenaires


Publicité

2013-04-23
Fil actus Santé

Tags: Légionellose -  épigénétique - 
De la stratégie génétique de la légionellose - Fil actus Santé
De la stratégie génétique de la légionellose

Des chercheurs français viennent de mettre en évidence la stratégie utilisée par la bactérie Legionella pneumophila pour survivre et proliférer dans le corps qu’elle infecte. D’après l’étude publiée dans la dernière édition de la revue Cell Host & Microbe, l’agent pathogène, responsable de la légionellose pratiquerait… l’épigénétique.

Publicité

Maladie infectieuse, la légionellose est due à une bactérie baptisée Legionella pneumophila qui se développe dans les réseaux d'eau douce naturels ou artificiels, mais aussi dans des milieux riches en fer, zinc, aluminium. En ville, les principales causes d’infection sont liées à la climatisation ou aux bains à jets ou remous des stations thermales. C’est en inhalant des micro-gouttelettes d’eau contenant des bactéries en suspension dans l’air qu’une personne peut être contaminée. L’infection se caractérise par une atteinte pulmonaire grave susceptible d'entraîner la mort dans un peu plus de 10 % des cas. En 2011, 1170 cas de légionellose ont été déclarés sur le territoire hexagonal France.

Afin de mieux comprendre le processus d’infection de cet agent pathogène, des chercheurs de l’Institut Pasteur, du CNRS, de l’Institut Curie et de l’Inserm ont étudié les mécanismes génétiques déployés par la bactérie responsable de la légionellose. Ils ont ainsi constaté que pour survivre et mieux proliférer, cette dernière utilisait comme tactique l’épigénétique : en pénétrant dans la cellule hôte, la bactérie secrète une enzyme appelée RomA qui agit sur l’ADN de cette dernière en modulant l’expression de certains gènes. L’objectif, pour l’agent pathogène, est de modifier l’environnement des gènes des cellules infectées pour que celui-ci soit plus propice à leur prolifération et à leur développement.

D’après les travaux des chercheurs français, la Legionella pneumophila modifierait l’expression de plus de 4 870 gènes de la cellule hôte, dont nombreux qui sont impliqués dans l’immunité de l’organisme.

C’est la première fois, que ce type de stratégie est observé lors de l’infection d’un organisme par une bactérie… Cette découverte pourrait ouvrir la voie à de nouvelles pistes thérapeutiques dans la lutte contre la légionellose…

Article écrit le 2013-04-23 par Olivier Frégaville-Arcas _ Information hospitalière
Source: CNRS - InsermAccéder à la source


Publicité

En savoir plus

(Crédit photo : Legionella pneumophila (SEM) © CDC via Wikimedia commons)