Publicité
Accueil > Politique de Santé - Santé publique >
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application

Biofutur


Partenaires


Publicité

2013-06-25
Politique de Santé - Santé publique

Tags: IVG -  avortement -  contracpetion - 
Le nombre d’IVG ,  stable depuis 2006 - Politique de Santé - Santé publique
Le nombre d’IVG , stable depuis 2006

Selon un rapport de la Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (Drees), en 2011, le nombre d’avortements pratiqués en France était d'environ 222 500. Ce chiffre est stable depuis 2006 et ne semble pas vouloir évoluer, si on en croit les premières données concernant l’année 2012.

Publicité

Le constat est simple. Depuis plus de 6 ans, le nombre d’avortements en France n’a pas évolué. Chaque année, un peu moins de 250 000 interruptions volontaires de grossesse (IVG) sont réalisées en métropole et dans les départements d'Outre-mer (DOM). Toutefois, il existe des disparités par classe d’âge et par région.

D’après le rapport de la Drees, sans surprise, ce sont les jeunes femmes de moins de 25 ans qui auraient plus recours aux IVG que leurs aînées. Par ailleurs, les départements d’Outre-mer seraient plus touchés par ce phénomène que ceux de métropole. Ainsi, aux Antilles, 28 avortements auraient été réalisés pour 1 000 femmes, alors que dans la région des Pays de la Loire, on n'en aurait pratiqués que 11 pour 1 000. On peut noter que les régions les plus peuplées sont aussi celles où le taux d’IVG est le plus important. C’est le cas dans les régions Provence-Alpes-Côte d'Azur, Languedoc-Roussillon, et Île-de-France.

L’analyse des données, croisées avec celles du Baromètre Santé de l’Institut national de prévention et d'éducation pour la santé (Inpes), montre qu’il n’y a pas de lien entre l’accès à la contraception et le taux d’IVG. En 2010, près de 90 % des Françaises sexuellement actives et âgées de 15 à 49 ans, utilisaient une méthode contraceptive.

Pour les experts, le mode de contraception choisi pourrait être un facteur expliquant cette absence d’évolution. En effet, ce dernier n’est pas toujours en adéquation avec le mode de vie. C’est pour cette raison que le ministère de la Santé avait décidé de lancer une nouvelle campagne de communication axée sur « la contraception qui vous convient existe. »

La plupart des observateurs demeurent inquiets. En effet, le scandale sanitaire autour des pilules des 3e et 4e générations pourrait bien entraîner, en 2013, une hausse du nombre ...

Page suivante (2 / 2)

Article écrit le 2013-06-25 par Olivier Frégaville-Arcas _ Information hospitalière
Source: DreesAccéder à la source


Publicité

En savoir plus





: Sur le même thème...