Publicité
Accueil > Politique de Santé - Santé publique > Revue de presse santé
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application

Biofutur


Partenaires


Publicité

2013-06-26
Politique de Santé - Santé publique

Tags: PIP -  prothèses -  implants - 
Implants mammaires frauduleux : les explantations continuent - Politique de Santé - Santé publique
Implants mammaires frauduleux : les explantations continuent

Près d’un an et demi après la décision des autorités sanitaires, de rembourser l’explantation des prothèses mammaires de la société française Poly Implant prothèse (PIP) contenant potentiellement un gel de silicone frauduleux, un peu plus de 16000 porteuses ont choisi de les faire retirer. C’est ce que révèle le dernier bilan publié ce jour par l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM).

Publicité

D’après les dernières données recueillies par l’ANSM, à la fin du mois de mai dernier, 16 426 femmes, soit un peu plus de la moitié des 30 000 personnes porteuses de ces fameux implants défectueux, avaient déjà fait procéder à l'explantation leurs prothèses PIP. Toujours selon le rapport de cette institution, près de 74 % de ces femmes (12 094) ont subi cette lourde intervention chirurgicale à titre préventif. Les experts ont montré que dans 20 % des cas, les médecins ayant effectué l’explantation ont constaté des dysfonctionnements (rupture, suintement) ou des effets secondaires qui n’avaient pas été décelés avant l’opération. La mauvaise qualité avérée de ces implants serait notamment due à l’utilisation de composants industriels détournés vers un usage médical, comme l’huile de silicone (un additif pour des carburants).

Sur les 28 276 implants retirés depuis qu’a éclaté le scandale des prothèses PIP, près de 7 186 implants défectueux ont été recensés. En tout, 4 400 ruptures de membranes ont été constatées. Si, psychologiquement, le fait de porter en son sein ce type de produit est indéniablement difficile à accepter, plusieurs études ont heureusement montré que le gel utilisé par la société de Jean-Claude Mas, était, certes, impropre à une utilisation médicale, mais n’augmentait pas les risques de survenue de cancers ou de lymphomes.

En attendant la tenue de la prochaine audience du procès, au Tribunal de Grande Instance de Marseille, le 10 décembre prochain, les explantations devraient continuer…

Article écrit le 2013-06-26 par Olivier Frégaville-Arcas _ Information hospitalière
Source: ANSMAccéder à la source


Publicité

En savoir plus