Publicité
Accueil > Actualité médicale > Revue de presse santé
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2013-07-02
Actualité médicale

Tags: plâtre -  fracture - 
L’impression 3D s’invite dans le soin des fractures - Actualité médicale
L’impression 3D s’invite dans le soin des fractures

La médecine de demain sera-t-elle étroitement liée à l’impression 3D ? C’est ce que laisse envisagé les dernières avancées dans ce domaine. Après l’impression d’un implant spécifique et adapté qui a permis de sauver la vie d’un bébé atteint de troubles respiratoires, un étudiant de l’université Victoria de Wellington a mis au point un système qui permet l’impression 3D d’un plâtre renforcé spécifiquement au niveau de la fracture.

Publicité

En quelques mois, les impressions 3D sont venues bouleverser le monde de la médecine. Nouvelle approche, la possibilité d’éditer des plâtres totalement adaptés à la fracture qu’ils sont censés consolider. En effet, le procédé, baptisé Cortex, mis en place par Jake Evill, étudiant de l’université Victoria de Wellington, est tout à fait révolutionnaire.

La première étape consiste à scanner le membre facturé, ce qui permet au personnel médical d’obtenir une image précise de la blessure, de son environnement (muscles, ligaments, etc.) et de la morphologie du patient. Il est ensuite plus facile de créer, à l’aide du logiciel de Jake Evill, un plâtre unique et adapté.

Une fois l’ensemble des données rentrées dans l’ordinateur, celui-ci lance l’impression en 3D d’un plâtre en deux parties totalement sur mesure et spécifiquement renforcé à l’endroit de la fracture. Une fois placé sur le membre blessé, il suffit de souder les deux morceaux.

L’avantage d’un tel dispositif réside dans sa conception. En effet, pour éviter les contraintes liées à un plâtre traditionnel, Jake Evill a conçu un système qui s’appuie sur une structure exosquelettique. Léger, facile à laver, aéré, Cortex permettrait de mettre fin aux problèmes de chaleur et de démangeaisons. Une aubaine pour les personnes ayant besoin d’un plâtre.

Toutefois, un petit inconvénient réside. En effet, dans l’état actuel des connaissances, il faut en moyenne 72 heures pour fabriquer un plâtre solide. Ce qui est un peu long pour le patient fracturé…

Article écrit le 2013-07-02 par Olivier Frégaville-Arcas _ information hospitalière
Source: AFP Accéder à la source

Mots clés: plâtre fracture


Publicité

En savoir plus