Publicité
Accueil > Vie de l'Hôpital : actus > Gynécologie Obstétrique
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2013-07-02
Vie de l'Hôpital : actus

Tags: maternité -  Vire -  ARS - 
Maternité de Vire : c’est fini ?  - Vie de l'Hôpital :  actus
Maternité de Vire : c’est fini ?

Pour la seconde fois en six mois, l’agence régionale de santé (ARS) de Basse-Normandie a rejeté la demande du centre hospitalier (CH) de Vire (Calvados) d’autorisation de réouverture du service de gynécologie obstétrique. Cette nouvelle pourrait sonner définitivement le glas de ce service de maternité, dont l’activité a été suspendue il y a plus d’un an.

Publicité

Depuis plus d’un an maintenant, le CH de Vire n’est plus habilité à effectuer des accouchements. L’ARS de Basse-Normandie avait dû se résoudre à cette extrémité en raison notamment d’une absence de recrutements médicaux récents, de la difficulté du recours à l’intérim dans cette région sinistrée, du manque d’interaction avec les établissements voisins et surtout suite à la survenue d’un événement indésirable.

Face à cet état de fait, les membres du personnel hospitalier et quelques usagers ont décidé de se battre pour que ce service de maternité de proximité garde ses portes ouvertes. Pour cela, en accord avec l’ARS et la direction du centre hospitalier, ils ont lancé une campagne de recrutement. Trois praticiens ont répondu à l’appel, un Espagnol et deux Roumains. Malheureusement, et malgré leur bonne volonté, l’ordre des médecins n’a pas été en mesure de reconnaître leurs compétences pour le poste de chef de service et dans le domaine très particulier de la chirurgie obstétrique.

Suite à ce constat, la commission spéciale d’organisation des soins a estimé qu’en l’état, il n’était pas possible d’autoriser la réouverture du service car les conditions réglementaires liées à la sécurité et à la qualité des soins ne sont actuellement pas réunies.

Souhaitant toutefois maintenir un service de proximité, l’ARS avait autorisé en janvier dernier, la mise en place d’un centre périnatal. Fort est de constater que le succès n’est pas au rendez-vous. Peu de femmes finalement souhaite être suivie dans un établissement dans lequel elles ne pourront pas accoucher…Afin d’éviter la fermeture définitive des consultations prénatales et postnatales, le directeur de l’ARS, qui a toutefois reconduit l’interdiction de réouvrir le service de gynécologie obstétrique, a annoncé travailler à un nouveau schéma territorial de santé… affaire à suivre …

Article écrit le 2013-07-02 par Olivier Frégaville-Arcas _ Information hospitalière
Source: ARSAccéder à la source


Publicité

En savoir plus