Publicité
Accueil > Actualité médicale > Cancérologie
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2013-10-08
Actualité médicale

Tags: InVS -  hémopathies -  cancer du sang - 
Estimation de l’incidence des hémopathies malignes en France, entre 1980 et 2012, par sous-type histologique, selon la classification la plus récente  - Actualité médicale
Estimation de l’incidence des hémopathies malignes en France, entre 1980 et 2012, par sous-type histologique, selon la classification la plus récente

Le réseau des registres des cancers Francim, le service de biostatistique des Hospices Civils de Lyon (HCL), l’Institut de veille sanitaire (InVS) et l’Institut national du cancer (INCa) publient, pour la première fois en France, les données d’incidence* des hémopathies malignes selon 15 sous-types histologiques et leur évolution de 1980 à 2012. Les hémopathies malignes regroupent tous les cancers ayant pour origine les cellules sanguines comme par exemple les leucémies ou les lymphomes. La définition des hémopathies malignes décrites dans ce rapport diffère de celle utilisée précédemment et suit les recommandations internationales les plus récentes. C’est pourquoi, les possibilités de comparaisons avec les précédentes estimations françaises sont limitées. Ces résultats représentent la seconde partie d’une étude collaborative actualisant l’évolution de l’incidence des cancers en France. La 1ère partie, publiée en juillet, concernait les tumeurs solides1.

Publicité

Principaux résultats
- 35 000 nouveaux cas d’hémopathies malignes en France en 2012 : en 2012, le nombre de nouveaux cas d’hémopathies malignes en France métropolitaine est estimé à 35 000 (19 400 chez l’homme et 15 600 chez la femme), soit un dixième des nouveaux cas de cancer (355 0002). Plus de deux tiers des cas sont des hémopathies lymphoïdes. De façon générale, les hémopathies malignes sont plus fréquentes chez l’homme.

- Les quatre hémopathies malignes les plus fréquentes en 2012 sont le myélome multiple/plasmocytome (4 888 nouveaux cas), la leucémie lymphoïde chronique/lymphome lymphocytique (4 464), le lymphome diffus à grandes cellules B (4 096) et les syndromes myélodysplasiques (4 059). Ces maladies représentent 50 % de la totalité des nouveaux cas d’hémopathies malignes en France en 2012.

- Plus de la moitié des cas d’hémopathies malignes surviennent après 60 ans.

- Avec des taux annuels d’incidence « standardisés »* inférieurs à 6 nouveaux cas durant une année pour 100 000 personnes, les hémopathies malignes restent des affections rares lorsqu’elles sont étudiées par sous-type histologique, mais représentent globalement 10% des nouveaux cas de cancer.

- Le nombre de nouveaux cas a augmenté pour 9 des 15 sous-types d’hémopathies malignes étudiées dans des proportions très variables selon la fréquence ou la rareté du sous-type considéré et la période d’étude. Les myélomes multiples/plasmocytomes représentent la plus forte augmentation entre 1980 et 2012(3 000 cas supplémentaires).

- Pour 3 des 4 sous-types d’hémopathies malignes les plus fréquents, on observe, chez les deux sexes, une augmentation dans le temps du taux d’incidence « standardisé » de 1% à 2% par an. Il s’agit du myélome multiple/plasmocytome, ou de la leucémie lymphoïde chronique/lymphome lymphocytique sur la période d’observation utilisable (1980-2012) ou du lymphome diffus à grandes cellules B sur une période plus réduite (période 1995-2012). Ce ...

Page suivante (2 / 3)

Article écrit le 2013-10-08 par InVS
Source: Communiqué de presse InVS Accéder à la source

Mots clés: InVS hémopathies cancer du sang


Publicité

En savoir plus