Publicité
Accueil > Fil actus Santé > Pneumologie
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application

Biofutur


Partenaires


Publicité

2013-11-20
Fil actus Santé

Tags: BPCO -  Tabagisme - 
BPCO : une maladie si mal connue - Fil actus Santé
BPCO : une maladie si mal connue

À l’occasion de la Journée mondiale sur la BPCO (broncho-pneumopathie chronique obstructive), qui se tient, aujourd’hui, 20 novembre, la Fondation du souffle dresse un état des lieux de cette affection qui touche des millions de français. En partenariat avec les associations de malades et les professionnels de santé, elle se mobilise, en parallèle, pour informer le grand public sur les causes de cette maladie et sur ses conséquences sur l’organisme, tout en rappelant qu’il est tout à fait possible de la prévenir en arrêtant de fumer.

Publicité

Mal connue du grand public, la BPCO est une affection pulmonaire de plus en plus répandue à travers le monde. En effet d’après les résultats d’un sondage réalisé par l’Institut OpinionWay, à la demande de la Fondation du souffle, neuf Français sur dix ne connaissent pas cette maladie. Véritable fléau, ayant pour principale cause, le tabagisme, elle toucherait plus de 3,5 millions de nos concitoyens. Selon les dernières estimations, 800 000 français seraient hospitalisés chaque année et 16 000 succomberaient des conséquences de cette maladie. En un peu plus d’une décennie, la prise de conscience des malades et l’amélioration des techniques de diagnostic ont permis une meilleure prise en charge de la BPCO. Grâce à la généralisation de la mesure du souffle, il est plus facile pour les médecins de détecter les personnes atteintes.

Malgré tous leurs efforts pour améliorer le diagnostic de la BPCO, les experts estiment que près des deux tiers des patients ne se sont pas dépistes et ne savent pas qu’ils sont touchés par cette affection, malgré des signes flagrants de la maladie tels que des essoufflements, des quintes de toux et des expectorations importantes. Malheureusement, une fois que le souffle devient court, les capacités respiratoires du patient sont déjà diminuées de moitié.

Si jusqu’à présent les hommes étaient les plus touchés par cette maladie, les femmes sont maintenant tout autant victimes de la BPCO, notamment en raison de l’évolution, ces dernières années, de la consommation de tabac, qui est quasi identique chez les deux sexes.
Les nombreuses évolutions médicales permettent actuellement de réduire les risques de complications. Toutefois la BPCO reste une maladie grave. Le principal moyen de l’éviter… C’est de ne pas fumer.

Afin de sensibiliser le grand public, cette année, les associations de malades, en partenariat avec la Fondation du souffle, ont ...

Page suivante (2 / 2)

Article écrit le 2013-11-20 par Olivier Frégaville-Arcas _ Information hospitalière
Source: AFPAccéder à la source


Publicité

En savoir plus