Publicité
Accueil > Fil actus Santé > Cancérologie
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2013-12-06
Fil actus Santé

Tags: Leucémie myéloïde chronique -  Globules blancs -  Anticorps monclonaux - 
Leucémie myéloïde chronique, le pronostic vital nettement amélioré par les traitements standards - Fil actus Santé
Leucémie myéloïde chronique, le pronostic vital nettement amélioré par les traitements standards

Les résultats parlent d’eux-mêmes. Avec l’apparition à la fin des années 1990, des traitements par anticorps monoclonaux, le pronostic vital á long terme des patients atteints d’une leucémie myéloïde chronique s'?est nettement amélioré. Actuellement, il est possible de traiter entre 90 et 95 % des cas. C’est ce que suggère Philippe Rousselot, professeur d'hématologie à l'université Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines dans un article publié, hier, par Le Figaro.

Publicité

Cancer des globules blancs, la leucémie myéloïde chronique (LMC) représente 15 à 20 % de ce type de maladies, chez l’adulte. Souvent asymptomatique, cette affection à évolution lente est découverte à l’occasion d’une analyse du sang. En effet, quand une personne est atteinte par cette pathologie son sang contient une trop grande quantité de globules blancs. Toutefois, ce seul symptôme ne suffit pas, une confirmation du diagnostic, réalisée par un myélogramme, est nécessaire. Les experts estiment actuellement que 8 000 Français sont touchés par une LMC et que chaque année 700 personnes sont nouvellement dépistées.

Avec l’avancée des connaissances sur cette pathologie et le perfectionnement des stratégies thérapeutiques, les chercheurs ont montré une nette amélioration du pronostic vital. D’après Philippe Rousselot, professeur d'hématologie à l'université Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, l’arrivée sur le marché pharmaceutique des anticorps monoclonaux à la fin des années 1990, a permis de soigner entre 90 et 95 % des patients. Il est important de rappeler qu’en raison de l’évolution lente de cette maladie oblige les praticiens à prescrire un traitement en plusieurs étapes : ralentir l’activité intense de la moelle osseuse et réguler le taux de cellules immatures dans le sang. Quand la machine s’emballe et que prés de 30 % des globules blancs contenus dans le sang sont immatures, cela signe l’apparition des premiers symptômes. C’est à ce moment que les traitements à base d’anticorps monoclonaux sont administrés pour enrayer l’évolution de la maladie. Depuis 2002, date à laquelle ces médicaments sont devenus les traitements de référence, l’amélioration du pronostic vital des patients est flagrante.
Contraignant et coûteux, ces médicaments ont permis de sauver entre 90 et 95 % des patients. D’après les experts, les échecs thérapeutiques sont le plus souvent liés à une mauvaise observance du traitement…

Article écrit le 2013-12-06 par Olivier Frégaville-Arcas _ Information hospitalière
Source: Le FigaroAccéder à la source


Publicité

En savoir plus

(crédit photo : Les lymphocytes sont une variété de globules blancs du sang© wikimedia commons)