Publicité
Accueil > Fil actus Santé > Cancérologie
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2014-02-13
Fil actus Santé

Tags: Cancer du sein -  mammographie - 
Cancer du sein : Nouvelles remises en cause des mammographies systématiques - Fil actus Santé
Cancer du sein : Nouvelles remises en cause des mammographies systématiques

Une étude canadienne publiée dans le dernier numéro du British Medical Journal (BMJ) relance la polémique autour de l'intérêt des campagnes systematiques de dépistage du cancer du sein par mammographie. Ce type de pratique ne permettrait pas, d’après les chercheurs de l’Université de Toronto, de réduire significativement la mortalité des femmes touchées par une tumeur mammaire.

Publicité

En France, la tumeur des glandes mammaires est la première cause de décès par cancer chez la femme. Actuellement, elle toucherait chaque année plus 42 000 personnes, et un peu moins de 12 000 succomberaient des suites de cette maladie. D’après les dernières données épidémiologiques, les spécialistes estiment qu’une femme sur huit sera frappée, au cours de sa vie, par un cancer du sein. Sa fréquence dans les populations occidentales ne cesse d’augmenter. En cause, plusieurs facteurs, tels que l’alimentation, la sédentarité, et le vieillissement de la population.
Afin de lutter contre cette maladie et réduire le taux de mortalité, en France, un dépistage systématique par mammographie tous les deux ans, pris en charge à 100 % par l’Assurance maladie, est recommandé pour les femmes de 50 à 74 ans. Depuis plusieurs années, certains spécialistes s’inquiètent d’un risque de sur-diagnostic et de sur-traitement inhérents à ce type de pratique.
Afin de vérifier l’intérêt des mammographies organisées, Anthony Miller et ses collaborateurs de l’Université de Toronto ont suivi médicalement plus de 90 000 femmes âgées de 40 à 59 ans, suivies pendant 25 ans, dont la moitié a subi des mammographies annuelles pendant cinq ans, tandis que les autres ont juste bénéficié d’un examen physique.
Ils ont ainsi constaté qu’à la fin de l’étude, sur les 44 925 femmes, ayant subi des mammographies , 500 sont décédées des suites d’un cancer du sein, alors que sur les 44.910 patientes du groupe témoin, 505 en ont succombé.
Si le risque de mourir d’un cancer du sein ne semble pas être impacté par un suivi systématique par mammographie, le nombre de cancers détectés était supérieur chez les femmes du premier groupe. « Ce déséquilibre, déjà visible au bout de cinq ans, entrainerait au bout de 15 ans un surcroit de 22 ...

Page suivante (2 / 2)

Article écrit le 2014-02-13 par Olivier Frégaville-Arcas _ Information hospitalière
Source: EurekalertAccéder à la source


Publicité

En savoir plus