Publicité
Accueil > Fil actus Santé > Maladies Infectieuses
Mon Compte




Publicité

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Librairie


Application

Dernière Parution


Partenaires


Publicité

2014-02-26
Fil actus Santé

Tags: Paludisme -  Anophèles -  Vecteur -  moustiques -  Plasmodium - 
Paludisme : identification du gène qui permet aux moustiques de résister aux insecticides - Fil actus Santé
Paludisme : identification du gène qui permet aux moustiques de résister aux insecticides

Pour lutter contre le paludisme, combattre le vecteur du parasite responsable de la maladie reste la meilleure option. Pourtant, il est de plus en plus difficile d’éradiquer ces moustiques. D’après une étude britannique, publiée dans la dernière édition de la revue Genome Biology, des chercheurs auraient mis au jour le gène responsable de cette résistance. Cette découverte devrait permettre d’ouvrir la voie à de nouvelles méthodes permettant de réduire efficacement les populations de ces insectes.

Publicité

Infection due à un parasite du genre Plasmodium, le paludisme (ou malaria) se propage par la piqûre des femelles de certaines espèces de moustiques anophèles. En 2009, de par le monde, plus de 225 millions de personnes avaient été atteintes, et 781 000 en étaient décédées, notamment des enfants de moins de 5 ans vivant en Afrique sub-saharienne. Devant ce fléau, la seule façon de lutter contre cette maladie est de réduire massivement la population de moustiques. Actuellement, les insecticides sont les seuls moyens utilisés mais, au fil du temps, les moustiques ont développé des résistances à ces substances chimiques qui, de ce fait, perdent en efficacité.

Face cet inquiétant constat, Charles Wondji et ses collaborateurs de l'Ecole de médecine tropicale de Liverpool, ont mené des travaux afin de comprendre les mécanismes expliquant la résistance des moustiques aux insecticides. Pour cela, ils ont comparé les génomes de deux souches de moustiques anophèles, l’une, connue pour être résistante aux substances chimiques; l’autre, élevée en laboratoire et donc, non résistante. Ils ont ainsi montré que le gène, baptisé « GSTe2 », est particulièrement actif chez les insectes résistants, et que cette particularité serait due à une seule mutation (« L119F »).

Forts de cette découverte, les chercheurs britanniques ont mis au point un test génétique rapide qui permet d’identifier les moustiques touchés par cette mutation. Plusieurs expérimentations ont montré que les insectes dont le test était positif, étaient tous résistants aux différentes substances chimiques censées les éradiquer.

Par ailleurs, une étude par cristallographie aux rayons X a permis à l’équipe de Charles Wondji de comprendre les raisons de cette résistance. En effet, le gène « GSTe2 » code une protéine qui joue un rôle important dans la transformation des molécules "tueuses" du DDT en substances totalement inoffensives pour l’insecte.

Cette découverte ...

Page suivante (2 / 2)

Article écrit le 2014-02-26 par Olivier Frégaville-Arcas _ Information hospitalière
Source: EurelakertAccéder à la source


Publicité

En savoir plus

(crédit photo : Moustique anophèles © wikimedia commons)