Publicité
Accueil > Fil actus Santé > Maladies infectieuses
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application

Biofutur


Partenaires


Publicité

2014-03-10
Fil actus Santé

Tags: Herpès génital -  VIH/sida -  contraception - 
VIH/sida : un anneau vaginal, porteur d’espoir ?  - Fil actus Santé
VIH/sida : un anneau vaginal, porteur d’espoir ?

Alors que la Conférence sur les rétrovirus et les infections opportunistes (CROI) s’est achevée à Boston, en fin de semaine dernière, des chercheurs américains ont profité de l’occasion pour annoncer leur intention de mettre, rapidement, en place un essai clinique pour tester un nouvel anneau vaginal anti-VIH et anti-herpès. C’est ce que révèle une étude publiée dans le dernier numéro de la revue Plos One.

Publicité

En finir avec la trithérapie classique, tel est le souhait de Patrick Kiser et de ses collaborateurs de l'Université Northwestern (Etats-Unis). En effet, ces derniers ont profité de la CROI pour présenter leur dispositif qui permettrait, non seulement de servir de contraceptif, mais aussi, de constituer une alternative aux traitements classiques dans la lutte contre le VIH/sida.

Plus précisément, l’anneau vaginal qu’ils ont mis au point diffère du système classique. Au lieu d’être implanté pour trois semaines, ce nouveau dispositif pourrait rester en place plus de trois mois. Par ailleurs, s’il permet d’éviter à la porteuse le risque de grossesse, il pourrait délivrer pendant* 90 jours une dose quotidienne d’antirétroviral. Les chercheurs américains espèrent ainsi protéger les femmes du virus à l’origine de l'herpès génital.

Afin de vérifier l’innocuité et l’efficacité d’un tel dispositif, l’équipe de Patrick Kiser espère pouvoir, dans les mois à venir, entreprendre* des essais cliniques avec l’espoir de promouvoir cet anneau vaginal multi-fonctions d’ici à 5 ans. Les tests sur des animaux ont montré que ce système permettait de diminuer de 54% les risques d’infection.

Lors de la présentation de ce dispositif à la CROI, les chercheurs américains ont tenu à rappeler que le préservatif restait le meilleur moyen contraceptif permettant également* d’endiguer la propagation du VIH… Affaire à suivre…

Article écrit le 2014-03-10 par Olivier Frégaville-Arcas _ Information hospitalière
Source: Plos One ; ANRSAccéder à la source


Publicité

En savoir plus