Publicité
Accueil > Fil actus Santé > Maladies infectieuses
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application

Biofutur


Partenaires


Publicité

2014-03-18
Fil actus Santé

Tags: VIH/sida -  contamination -  transmission - 
VIH/sida : la transmission du virus de femme à femme, c’est possible ?  - Fil actus Santé
VIH/sida : la transmission du virus de femme à femme, c’est possible ?

Les autorités sanitaires américaines viennent de confirmer que la transmission du virus du sida de femme à femme était possible. Toutefois, elle reste très rare.

Publicité

Aux Etats-Unis, le Center for Disease Control (CDC) vient d’être confronté à un cas rare de transmission : une femme de 46 ans, vivant au Texas, vient d’être diagnostiquée séropositive. Après enquête, il s’avère qu’elle aurait contracté le virus suite à un rapport non protégé avec sa compagne. Cette dernière est séropositive et aurait cessé de prendre son traitement antiviral depuis deux ans.

Avant d’en arriver à cette conclusion, les autorités sanitaires ont exploré toutes les autres pistes possibles. En effet, il a été montré que cette Texane ne prenait pas de drogue injectable et n’avait pas eu de rapport avec une homme depuis au moins 10 ans.

Le CDC a bien dû se rendre à l’évidence et a confirmé que « même si elle était rare, la transmission du VIH entre femmes ayant des rapports sexuels entre elles peut néanmoins se produire. Comme le virus du sida peut être présent dans les secrétions vaginales et le sang menstruel, il peut se transmettre lorsque les fluides corporels sont en contact avec des coupures ou des abrasions. »

D’après les différentes informations compilées à travers le monde, seuls, deux autres cas de transmission de ce genre ont été recensés. Face à ce constat, les autorités sanitaires américaines recommandent aux couples discordants de se protéger. Toutefois, suite aux dernières données fournies au cours de la conférence sur les rétrovirus et les infections opportunistes (CROI) qui s’est tenue en début de mois à Boston, les traitements permettent désormais aux partenaires dont l’un est séropositif et l'autre séronégatif, de vivre presque comme les autres. Une étude a montré qu'il n'y avait pas de cas de contamination lorsque le conjoint séropositif est sous rétrovirus et que sa charge virale est indétectable…

Article écrit le 2014-03-18 par Olivier Frégaville-Arcas _ Information hospitalière
Source: AFPAccéder à la source


Publicité

En savoir plus