Publicité
Accueil > Actualité médicale > Pharmacologie
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2014-03-20
Actualité médicale

Tags: ADN -  Médicaments -  thérapie - 
Plier l'ADN en quatre pour se soigner - Actualité médicale
Plier l'ADN en quatre pour se soigner

D'après une étude américaine publiée dans la dernière édition de la revue Science, des chercheurs espèrent, dans un futur proche, fabriquer des cages constituées de segments d’ADN,qui enfermeront des médicaments.

Publicité

L’ADN pourrait désormais délivrer des médicaments aux tissus de l’organisme. En 2006, le bio-ingénieur Paul Rothemund, de l’Institut de technologie de Californie, construisait un flocon de neige et un smiley grâce à la technique de l’ADN origami. Ryosuke Linuma, du Wyss Institute de l’Université Harvard, et ses collaborateurs ont repris l’idée pour créer des cages nanotechnologiques à base d’ADN. Ils ont formé des segments d’ADN qui, à l’image des Légos, peuvent être ajoutés ou ôtés séparément de l’ensemble.
L’expérience s’est poursuivie avec la confection de trépieds dont la longueur des segments et les angles sont contrôlés avec précision. Ceux-ci constituent la base de cinq polyèdres – un tétraèdre, un prisme triangulaire, un cube, un prisme pentagonal et un prisme hexagonal – édités par l’équipe. L’observation en 3D sous microscope à super-résolution révèle, pour la première fois, les photographies instantanées de ces nanostructures dans un milieu aqueux. Elles demeurent les architectures les plus complexes jamais construites à partir d’un support biologique.
Ces cages pourraient contenir des protéines ou des particules d’or pouvant aisément transporter d’autres types de molécules, des médicaments anticancer par exemple. Les scientifiques imaginent inclure dans ces structures des composés issus de plantes produisant des molécules spécifiques telles que des capteurs végétaux hautement sensibles à la lumière. Ces derniers pourraient déceler des maladies en détectant des molécules anormales issues de cellules infectées par des virus ou de cellules cancéreuses. De manière générale, ces travaux renforcent les connaissances acquises sur les méthodes de construction et d’observation nécessaires à l’avancée de la recherche en nanobiotechnologie.

Article écrit le 2014-03-20 par Nadège Joly pour Biofutur
Source: Science Accéder à la source

Mots clés: ADN Médicaments thérapie


Publicité

En savoir plus