Publicité
Accueil > Fil actus Santé > Cancérologie
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2014-03-25
Fil actus Santé

Tags: cancer -  facteur cellulaire - 
Cancer, une nouvelle arme étonnante à l'étude - Fil actus Santé
Cancer, une nouvelle arme étonnante à l'étude

Des chercheurs américains auraient découvert une nouvelle voie de destruction des cellules cancéreuses induite par l’élimination d’un facteur cellulaire. C'est ce que révèle une étude parue dans la revue Cell reports.

Publicité

Au départ, Peter Marcus, de la Northwestern University à Chicago, et ses collaborateurs de New York et Houston ne croyaient pas en cette surprenante hypothèse. Après quatre longues années de recherche, ils sont désormais convaincus : éliminer un récepteur particulier peut induire la mort de cellules cancéreuses. À l’origine, le récepteur FAS, aussi appelé CD95, contrôle l’apoptose, la mort programmée des cellules, et ce, de manière indépendante de la caspase 8, qui en est l’initiatrice. Or lorsque CD95 ou son ligand est éliminé d’une cellule cancéreuse à l’aide notamment de siL3, un petit ARN interférent, la taille de la cellule augmente, les membranes extérieures des mitochondries se dégradent et les dommages subis par l’ADN, suite à la production d’espèces réactives de l’oxygène (radicaux libres, ions oxygénés ou peroxydes) activent la caspase 2. Cette dernière est autant impliquée dans la phase d’exécution de l’apoptose que dans le maintien du cycle cellulaire (1). Aucun médicament ni aucune résistance cellulaire ne sont jusqu’alors parvenus à contrer cette catastrophe mitotique. Et dès la première division que la cellule entreprend, elle meurt. Le seul et l’unique moyen pour stopper temporairement le processus semble par conséquent d’arrêter le cycle cellulaire.
Peter Marcus et ses collaborateurs ont appliqué cette méthode in vivo sur des cellules ovariennes, mammaires, rénales et colorectales de souris atteintes de cancer. Leurs recherches montrent que CD95 n’est pas essentiel à la survie d’un tissu sain n’appartenant pas au système immunitaire (2). Grâce à cette découverte, dont les caractéristiques se rapprochent de l’apoptose et la forme de la nécrose, une nouvelle voie prometteuse de mort cellulaire programmée s’ajoute au combat contre les cellules cancéreuses.

Article écrit le 2014-03-25 par Nadège Joly pour Biofutur.com
Source: Cell reportsAccéder à la source


Publicité

En savoir plus

- (1) Dorstyn L et al. (2012) Cell Death Differ 19, 1288-98 (accès libre)
- (2) Hadji A et al. (2014) Cell Rep, doi:10.1016/j.celrep.2014.02.035 (accès libre)

(crédit photo : cellules tumorales d'un cancer du pancréas © wikimedia commons)