Publicité
Accueil > Fil actus Santé > Gynécologie obstétrique
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2014-04-16
Fil actus Santé

Tags: Vagin -  organe bioartificiel - 
Greffes du vagin, des premiers résultats prometteurs - Fil actus Santé
Greffes du vagin, des premiers résultats prometteurs

Des chercheurs américains viennent de confirmer le succès des premières transplantations de vagins naturels. C’est ce que révèle une étude qui vient de paraître dans la dernière édition de la revue médicale The Lancet.

Publicité

Tout a commencé, il y a prés d’une décennie, quand Anthony Atala et ses collaborateurs de l’Institut de médecine régénérative de Wake Forest, en Caroline du Nord, ont étudié la possibilité de cultiver in vitro des cellules vaginales, prélevées sur la vulve de patientes atteintes d’une anomalie congénitale se traduisant par l’absence de vagin ou d’utérus, connue sous le nom de syndrome dit de Mayer-Rokitansky-Küster-Hauser. Leurs premiers travaux leur ont permis de recréer des bandes de cellules (constituant )formant?les tissus constitutionnels des organes reproducteurs de la femmes.

Forts de ce premiers succès, ils ont décidé d’implanter ces bandes de cellules chez 4 jeunes volontaires ayant une aplasie vaginale depuis la naissance. Afin de reconstituer vagin et/ou utérus, les chercheurs ont créé un moule biodégradable pour que les cellules ainsi réintégrées dans l’organisme reforment l’organe, qui s’insèrera ainsi parfaitement dans l’abdomen des adolescentes.

Huit ans après la première opération, l’équipe d’Anthony Atala estime avoir réussi son défi en permettant pour la première fois de créer un organe entier qui n’était pas à sa place originellement. Par ailleurs, toutes les jeunes filles, à qui on a implanté un vagin bioarticifiel, semblent jouir d’une vie sexuelle active et tout à fait normale. Selon les chercheurs, il est tout à fait envisageable que certaines de ces quatre patientes puissent, un jour de façon tout à fait naturelle, procréer. En effet, le vagin, ainsi reconstitué, a été « reconnecté » à l’utérus.

Cette technique ouvre de nombreux espoirs pour les femmes qui naissent sans appareil reproducteur, ainsi que pour celles qui subissent des traumatismes graves. D’autres travaux doivent être menés afin de confirmer l’intérêt d’une telle pratique…

Article écrit le 2014-04-16 par Olivier Frégaville-Arcas _ information hospitalière
Source: eurekalertAccéder à la source


Publicité

En savoir plus