Publicité
Accueil > Fil actus Santé > Génétique
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application

Biofutur


Partenaires


Publicité

2014-04-22
Fil actus Santé

Tags: ADN -  séquençage - 
Eugénisme à l’américaine ?  - Fil actus Santé
Eugénisme à l’américaine ?

Et si le film d’Andrew Niccol, Bienvenue à Gattaca devenait une réalité Outre-Atlantique ? C’est ce que peuvent laisser penser les services proposés par une nouvelle start-Up baptisée, GenePeeks. Cette société vient, en effet, de lancer un nouveau système qui permet d’évaluer virtuellement l’état de santé d’un futur enfant en combinant l’ADN du donneur de sperme à celui de la mère grâce à un programme informatique…

Publicité

Ecarter de votre futur enfant tout risque d'allergie, de schizophrénie, d’autisme, de diabète ou de maladies orphelines graves, vous en rêviez… Une start-Up américaine a franchi le pas en brevetant en janvier dernier un procédé innovant. Afin de limiter les risques de pathologies génétiques, la société GenePeeks propose à ses clients un nouveau système de dépistage qui permet d’établir le profil génétique possible des embryons issus de la fécondation in vitro à partir d’un donneur de sperme. Basé sur plusieurs techniques de séquençage de génome humain et sur un algorithme mis au point par le généticien Lee Silver, professeur à l'université de Princeton, ce système permet en simulant la reproduction par combinaison virtuellement de l'ADN de la mère et de celui du père biologique, de générer des milliers de « fœtus digital ». Il est ainsi possible d’estimer au mieux le risque qu’un embryon issu de cette fécondation in vitro de développer l’une des 500 maladies génétiques recensées par le programme informatique.

Pour avoir accès à ce système, qui devrait permettre d’éliminer 10 à 15 % de donneurs à risques, les futurs parents devront débourser environ 1 500 euros et envoyer par la poste un échantillon de salive du donneur.

Si aux Etats-Unis, les banques de sperme sont de véritables institutions, et les donneurs rémunérés, en France, ce type de procédé semble plus difficilement envisageable d’autant plus que des risques de dérives eugénistes peuvent découler d’un tel système. En effet, pourquoi ne pas choisir la couleur des yeux de son enfant ou celle de ces cheveux… Face à ce constat, les chercheurs restent très circonspects estimant que s’il est possible d’éviter des problèmes graves de santé à l’enfant, il est aussi possible avec le procédé de Genepeeks d’enfreindre facilement les lois de bioéthique…

Article écrit le 2014-04-22 par Olivier Frégaville-Arcas _ Information hospitalière
Source: AFPAccéder à la source


Publicité

En savoir plus