Publicité
Accueil > Fil actus Santé > Endocrinologie
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2014-04-24
Fil actus Santé

Tags: BPA -  perturbateur endocrinien - 
De nouveaux soupçons pèsent sur le BPA - Fil actus Santé
De nouveaux soupçons pèsent sur le BPA

Des chercheurs français viennent de mettre au jour un récepteur qui serait particulièrement sensible au bisphénol A (BPA) et pourrait être à l’origine de la survenue de maladies métaboliques, telles que l'obésité ou le diabète. C’est ce que suggère une étude qui vient de paraître dans le dernier numéro du FASEB Journal.

Publicité

Considéré par les autorités sanitaires européennes comme un perturbateur endocrinien, le BPA ne cesse de faire parler de lui. Alors qu’en France, au 1er janvier 2015, on ne trouvera cette substance dans * aucun contenant alimentaire, d’autres pays membres de la communauté européenne suivent le même chemin pour interdire le BPA. En effet, en janvier dernier, l’Autorité européenne pour la sécurité des aliments (EFSA) avait confirmé, dans un rapport d’expertise, la nocivité de ce produit chimique pour l’être humain. D’après les experts, le BPA serait notamment néfaste au bon fonctionnement des reins, du foie, et des glandes mammaires.

Afin de recenser l’ensemble des dangers ayant pour origine une exposition au BPA, des chercheurs du monde entier étudient ce perturbateur endocrinien. A cette fin, Vincent Laudet et ses collaborateurs de l'Institut de génomique fonctionnelle de Lyon, ont mené différents travaux sur le poisson-zèbre, ce qui leur a permis de découvrir que ce perturbateur endocrinien pouvait, dans certains cas, augmenter les risques de survenue de maladies métaboliques comme le diabète ou l'obésité.

D’après les analyses et études qu’ils ont conduites, le BPA agirait sur les récepteurs ERRy, connus pour jouer un rôle important dans la régulation du métabolisme. Ainsi, ce composé chimique serait plus néfaste que prévu. Au vu de ces résultats, les chercheurs français préconisent de réévaluer rapidement l’impact du bisphénol sur notre santé. En effet, forte de ces premières données, l’équipe de Vincent Laudet estime que certains cas d’obésité et de diabète de type 2 pourraient bien être imputables à une exposition au BPA. D’autres travaux doivent donc être menés afin de faire la lumière sur l’ensemble des impacts de cette substance sur notre organisme…

Article écrit le 2014-04-24 par Olivier Frégaville-Arcas _ Information hospitalière
Source: FASEB JournalAccéder à la source


Publicité

En savoir plus