Publicité
Accueil > Actualité médicale >
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2014-05-16
Actualité médicale

Tags: culture cellulaire -  métaux lourds -  souris - 
des souris porteuses d’atomes lourds pour contrôler les culture cellulaires - Actualité médicale
des souris porteuses d’atomes lourds pour contrôler les culture cellulaires

Des souris porteuses d’atomes lourds améliorent la fiabilité des cultures cellulaires. C'est ce que suggère une étude publiée dans la dernière édition de la revue Science.

Publicité



BIOTECH DIRECT
RSS

MEDTECH
RSS

AGROBIOTECH
RSS

ENVIROTECH
RSS

TECHNOBIO
RSS

BIOTECH INDUSTRIELLE
RSS

BIOTECH MARINE
RSS

MILITECH
RSS

PALÉOBIOTECH
RSS

Nos partenaires
logo de Sup'Biotech
logo de france biotech
logo d'adebiotech
logo de biotechnologistes.fr
logo de biotech actors
logo de cellectis
logo d'information hospitalière
logo Biofutur

Des souris et des atomes

vendredi 16 mai 2014

par Agnès Vernet

Des souris porteuses d’atomes lourds améliorent la fiabilité des cultures cellulaires.

Formidable outil d’analyse structurale, la spectrométrie par résonance magnétique nucléaire (RMN) fait appel à des atomes dits « lourds » mais non radioactifs comme le carbone-13 (13C) ou l’azote-15 (15N) pour étudier l’organisation tissulaire à l’échelle atomique. Il faut donc d’abord enrichir les tissus de ces atomes lourds, une option que l’on réserve aux cultures in vitro. Des chercheurs de l’Université de Cambridge ont refusé cette limite et décidé de créer des souris porteuses d’un taux conséquent – 20 % – d’atomes lourds afin d’obtenir des spectres RMN de référence pour chaque tissu. Pour cela, ils ont tout simplement nourri les animaux avec des aliments enrichis en 13C et 15N. « Cela paraît étrange mais personne n’avait essayé auparavant », s’étonne encore Melinda Cuer, une des chimistes qui a réalisé ces travaux.
Les tissus de ces « souris lourdes » ont ainsi pu être analysées par RMN et fournir des données sur les structures atomiques « in vivo ». Ces spectres de référence ont ensuite été comparés à ceux de cultures classiques enrichies en 13C et 15N. Les chercheurs de l’université britannique ont ainsi pu mesurer la ...

Page suivante (2 / 2)

Article écrit le 2014-05-16 par Agnès Vernet pour Biofutur
Source: Science Accéder à la source

Mots clés: culture cellulaire métaux lourds souris


Publicité

En savoir plus




: Sur le même thème...