Publicité
Accueil > Actualité médicale > maladies infectieuses
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2014-06-30
Actualité médicale

Tags: Virus Lassa -  Virus Ebola - 
Un sucre pour lutter contre la fièvre de Lassa ?  - Actualité médicale
Un sucre pour lutter contre la fièvre de Lassa ?

D’après une étude qui vient de paraître dans la revue Science, des recherches mettent en évidence le rôle crucial d’un résidu glycosylé d’un récepteur intracellulaire dans la résistance au virus.

Publicité

Responsable de 5 000 à 6 000 décès par an en Afrique de l’Ouest, où il est endémique, l’infection au virus Lassa se manifeste par des symptômes variés allant de maux de tête à une fièvre hémorragique pour les cas les plus graves. S’il est capable d’infecter toutes sortes de cellules d’espèces différentes, seuls les gallinacés lui résistent. Des chercheurs de l’Institut du cancer des Pays-Bas, de l’École de médecine de Harvard, à Boston, et de l’Institut de recherche médicale sur les maladies infectieuses de l’Armée américaine, de Fort Detrick, ont élucidé le mécanisme en jeu (1).
Comme chez les autres espèces, cet Arenavirus se lie à un récepteur aux ?-dystroglycanes présent à la surface de nombreux types cellulaires aviaires. Pour entrer dans le milieu intracellulaire, il doit aussi interagir avec LAMP1 – une glycoprotéine associée au lysosome –, d’après le criblage de génome entier que les chercheurs ont réalisé sur des cellules haploïdes – une technique développée en 2011 pour étudier le mécanisme d’infection de l’ebolavirus (2). Les gallinacés expriment bien LAMP1 mais le variant qu’ils portent est dépourvu d’un résidu de sucre qui semble donc indispensable au virus pour s’associer avec la glycoprotéine et réussir son infection.
Les récepteurs membranaires ne sont donc pas les seuls à jouer un rôle important dans les mécanismes infectieux. L’exemple de LAMP1 démontre que les récepteurs intracellulaires peuvent aussi s’avérer déterminants et ouvre un nouveau chemin pour développer des moyens de lutte contre ce virus mortel, aujourd’hui orphelin de tout traitement.

Article écrit le 2014-06-30 par Agnès Vernet pour Biofutur
Source: (1) Jae LT et al. (2014) Science 344, 1506-10. (2) Carette JE et al. (2011) Nature 477, 340-43. Accéder à la source

Mots clés: Virus Lassa Virus Ebola


Publicité

En savoir plus