Publicité
Accueil > Fil actus Santé > Chirurgie
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2014-07-15
Fil actus Santé

Tags: Greffe -  Transplantation -  Foie - 
Prolonger la vie des organes à transplanter…jusqu'à 3 jours - Fil actus Santé
Prolonger la vie des organes à transplanter…jusqu'à 3 jours

En cas de greffe d’organes, le temps est précieux. Du prélèvement à la transplantation dans l’organisme hôte, l’organe ne peut être actuellement conservé que 24 heures. Des chercheurs américains auraient trouvé une nouvelle méthode de stockage qui permettrait de repousser cette limite et de tripler le temps durant lequel un organe pourrait survivre. C’est qui ressort d’une étude parue dans le dernier numéro de la revue Nature Medecine.

Publicité

Les avancées scientifiques permettent depuis des décennies de repousser toujours plus loin les limites du vivant. En 60 ans, les techniques permettant de transplanter un organe d’un individu à un autre n’ont cessé d’évoluer. La dernière barrière du temps de conservation de l’organe hors de tout corps humain, vient de tomber. Jusqu’à présent, il était communément admis par les médecins qu’au delà de 24 heures, l’organe n’était plus viable et impropre à la greffe, car il a été endommagé par le froid et la solution qui permet sa conservation.
Afin de gagner du temps, Rosemarie Hunziker et ses collaborateurs du Massachussetts General Hospital de Boston ont étudié les différentes possibilités permettant de garder plus longtemps l’organe à transplanter hors du corps. Ils ont ainsi montré qu’en modifiant légèrement la solution de conservation, en y ajoutant deux composés (3-O-méthyl-D-glucose et le polyéthylène glycol), il était possible de maintenir en vie sans dommage l’organe près de 3 jours.

C’est ce qui ressort des essais cliniques menés sur des foies de rats. En effet, d’après les premiers résultats, cette nouvelle méthode de stockage, basée sur la technique traditionnelle qui permet de maintenir en vie l’organe dans le froid (-6°C) par une machine à perfusion qui fournit oxygène et nutriments, il serait possible d’obtenir un taux de survie de plus de 48 % chez les rongeurs greffés avec des foies prélevés trois jours plus tôt.

D’autres travaux doivent être menés sur des animaux plus gros avant de pouvoir faire des tests sur l’homme et ainsi vérifier l’efficacité de cette méthode… affaire à suivre…

Article écrit le 2014-07-15 par Olivier Frégaville-Arcas _ Information hospitalière
Source: EurekalertAccéder à la source


Publicité

En savoir plus