Publicité
Accueil > Fil actus Santé > Neurologie
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application

Biofutur


Partenaires


Publicité

2014-07-16
Fil actus Santé

Tags: maladie d'Alzheimer -  statines - 
Alzheimer : découverte d’un gène retardateur de la maladie

  - Fil actus Santé
Alzheimer : découverte d’un gène retardateur de la maladie

Un simple gène aurait la capacité de retarder de quatre ans la survenue de la maladie d’Alzheimer. C’est ce que révèle une étude canadienne publiée dans la dernière édition du Molecular Psychiatric Journal.

Publicité

La maladie d’Alzheimer est le résultat d’un double processus neurodégératif : l’accumulation en plaques de peptides anormaux bétâ-amyloïdes dans le cerveau, et l'augmentation de la capacité de phosphorylation de la protéine tau, qui entraîne une concentration élevée de protéines Tau anormales dans les cellules nerveuses en dégénérescence. Plus de 860 000 Français et 35 millions d’individus dans le monde seraient victimes de cette affection. D’après les spécialistes, au rythme de l’évolution dans la population mondiale de cette maladie neurodégénative, le nombre de malades pourrait bien tripler dans les trente prochaines années. Si aucun traitement curatif n’existe, il est cependant possible, lorsqu’elle est détectée précocement, de ralentir son processus évolutif et d’améliorer un temps, la qualité de vie des patients. Par ailleurs, de nombreuses études montrent qu’il y a des susceptibilités génétiques. C’est à dire que le fait de posséder tel variant d’un gène favorise sous certaines conditions le déclenchement de la maladie.

C’est dans ce contexte que Judes Poirier et ses collaborateurs de l’Institut universitaire en santé mentale Douglas et de l’Université McGill de Montréal ont mis au jour un variant génétique du gène « HMG CoA réductase », qui d’une part retarderait l’apparition de la maladie d’Alzheimer et permettrait aussi de réduire les risques d’être touché par cette affection neurodégénérative de 50 % chez les femmes et de 30 % chez les hommes. D’après leurs travaux, 25 % de la population nord américaine posséderait une copie de ce variant.

Loin d’être inconnu, le gène « HMG CoA réductase » est particulièrement étudié par les spécialistes de la cardiologie et des maladies cardiovasculaires, car il intervient notamment dans la synthèse du cholestérol. Pour les chercheurs canadiens, il n’est pas totalement surprenant qu’un gène de ce type « influe » sur la survenue de la maladie d’Alzheimer. En effet, ...

Page suivante (2 / 2)

Article écrit le 2014-07-16 par Olivier Frégaville-Arcas _ information hospitalière
Source: AFPAccéder à la source


Publicité

En savoir plus