Publicité
Accueil > Fil actus Santé > Cancérologie
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2014-08-11
Fil actus Santé

Tags: Cancer du sein -  susceptibilité génétique -  mutation - 
Cancer du sein : découverte d’un nouveau gène de susceptibilité - Fil actus Santé
Cancer du sein : découverte d’un nouveau gène de susceptibilité

Des travaux menés au Royaume-Uni ont mis en évidence une nouvelle mutation génétique qui pourrait avoir un impact sur la survenue du cancer du sein. C’est la première fois, depuis les années 1990, que des chercheurs découvrent un gène de l’importance de BRCA1 et BRCA2. C’est ce que révèle une étude publiée dans la dernière édition du New England Journal of Medicine.

Publicité

Chaque année, plus de 53 000 Françaises seraient touchées par un cancer du sein, et un peu moins de 12 000 d’entre elles en décéderaient. Afin d’améliorer les chances survie, le dépistage précoce est une priorité. Les chances de guérison de ce cancer sont d'autant plus élevées qu'il est rapidement pris en charge. Selon les épidémiologistes, une femme sur huit sera confrontée à un cancer du sein au cours de sa vie. C’est un fait : la fréquence de ces tumeurs dans le monde occidental ne cesse d’augmenter. En cause, plusieurs facteurs tels l’alimentation, la sédentarité, et le vieillissement de la population. Actuellement, il existe plusieurs traitements pour lutter contre cette maladie.



Dans les années 1990, des chercheurs ont mis au jour deux mutations BRCA1 et BRCA2 qui ont révolutionné l’approche du cancer du sein. Ces deux gènes influent sur la possibilité de développer un cancer du sein ou de l'ovaire. Ce sont des gènes de susceptibilité. En population générale, on estime qu’une personne sur 1000 possède ces mutations. Chez les femmes porteuses de ces gènes mutés, le risque de survenue d’un cancer du sein avant l'âge de 70 ans est de 65 % à 85 %. Par ailleurs, le risque de développer un cancer dans l'autre sein est augmenté par rapport aux femmes non porteuses de mutations. Il est possible, grâce à un test génétique, de savoir si on est porteur ou non de ces gènes. C’est notamment à la suite à ce test que l’actrice Angelina Jolie a souhaité subir une double mastectomie pour réduire ses chances d’être touchée par ce type de tumeur.



Pour affiner les données sur la susceptibilité génétique d’une personne à développer un cancer du sein et vérifier s’il n’existerait pas d’autres mutations pouvant être à l’origine d’un sur-risque, ...

Page suivante (2 / 3)

Article écrit le 2014-08-11 par Olivier Frégaville-Arcas _ Information hospitalière
Source: NEJMAccéder à la source


Publicité

En savoir plus