Publicité
Accueil > Fil actus Santé > Cancérologie
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2014-08-12
Fil actus Santé

Tags: Venin -  anticancéreux - 
Le venin, un anticancéreux ? - Fil actus Santé
Le venin, un anticancéreux ?

Si au delà de leur dangerosité pour l’homme, les venins de serpent, d’abeille ou de scorpion avaient des vertus curatives ? C’est la découverte faite par des chercheurs américains, dont les résultats viennent d’être présentés à l’occasion du congrès annuel de l'American Chemical Society (ACS). Les premières données confirment la présence de toxines capables de lutter efficacement contre certaines cellules cancéreuses tout en épargnant les cellules saines.

Publicité

Dans le but de découvrir de nouvelles pistes thérapeutiques dans la lutte contre le cancer, Dipanjan San de l'Université de l'Illinois, et ses collaborateurs ont étudié les venins de différentes espèces d’insectes et d’animaux et ont mis au jour des substances actives qui pourraient avoir des propriétés médicales. Une fois, analysées, ces dernières ont été synthétisées et injectées dans des particules microscopiques. Afin de vérifier leurs intérêts thérapeutiques, ces particules ont ensuite été mises en contact, in vitro, avec des cellules tumorales issues de cancer du sein ou de mélanome. Les premiers résultats ont été très encourageants. Les toxines détruisaient les cellules cancéreuses.

« D’autres travaux, expliquent les chercheurs, ont montré que lorsque ces particules échappent au défense immunitaire, elles se dirigent directement et uniquement vers les cellules tumorales en laissant de côté les cellules saines. »

Forte de ces données, l’équipe de Dipanjan San a poussé plus loin ses analyses. Elle a ainsi mis en évidence que certaines protéines, comme la mélitine présente dans le venin d’abeille, et certains peptides spécifiques permettaient de bloquer la multiplication des cellules tumorales, ce qui a pour effet d'en stopper la prolifération.

Cette découverte ouvre la voie à de nouvelles pistes thérapeutiques innovantes. Les chercheurs espèrent rapidement mettre en place des protocoles afin de commencer dans les 5 ans à venir des essais cliniques sur l’homme…

Article écrit le 2014-08-12 par Olivier Frégaville-Arcas _ information hospitalière
Source: AFPAccéder à la source


Publicité

En savoir plus