Publicité
Accueil > Fil actus Santé > Neurologie
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application

Biofutur


Partenaires


Publicité

2014-09-03
Fil actus Santé

Tags: SEP -  sel - 
Sclérose en plaques : la consommation de sel, un facteur aggravant ? - Fil actus Santé
Sclérose en plaques : la consommation de sel, un facteur aggravant ?

Manger trop salé n’est pas bon pour la santé. Au delà de l’impact sur notre système cardio-vasculaire, une consommation élevée en sel pourrait aggraver les symptômes de la sclérose en plaques (SEP) en accélérant la détérioration neurologique. C’est ce que suggère une étude publiée dans le dernier numéro du Journal of Neurology, Neurosurgery & Psychiatry.

Publicité

Multifactorielle, la sclérose en plaques, ou SEP, est une maladie neurologique auto-immune chronique du système nerveux central. Elle se caractérise par une démyélinisation des fibres nerveuses du système nerveux central, qui entraîne une mauvaise circulation de l’information le long des neurones. En France, chaque année, 2 000 patients sont nouvellement diagnostiqués pour cette maladie. Dans 70 % des cas, ce sont de jeunes adultes âgés de 20 à 40 ans, et deux tiers d'entre eux sont des femmes. Au cours de l’évolution de la maladie, prés de 90 % des patients souffriront de raideurs musculaires qui entraveront leur mobilité et par conséquent leur qualité de vie.

En 2013, des chercheurs américains avaient montré dans un article paru dans la revue Nature que le sel, déjà taxé d’être à l’origine de la survenue d’hypertension artérielle et de maladies cardiovasculaires, pourrait agir sur notre organisme en stimulant la production des cellules qui renforcent une réponse immunitaire anormale. Cet effet pervers pourrait entraîner à terme la survenue de maladies auto-immunes.
Fort de ce constat, Mauricio F. Farez du Raúl Carrea Institute for Neurological Research à Buenos Aires (Argentine) et ses collaborateurs ont voulu vérifier si la consommation de? sel de table pouvait influer sur le développement et l’évolution de la SEP.

Pour cela, ils ont suivi, durant 2 ans, 70 personnes touchées par une forme rémittente-récurrente de cette affection. Pour vérifier l’impact de la consommation en sel sur la maladie, les chercheurs ont contrôlé à plusieurs reprises la teneur en sel d’échantillons de sang et d'urine. Puis, ils ont mené une étude similaire auprès d’un second groupe composé de 52 participants atteints de la même SEP.

Les premiers résultats montrent, d’une part, que les hommes consomment plus de sel que les femmes et d’autre part, qu’après pondération (prise en compte de certains facteurs à ...

Page suivante (2 / 2)

Article écrit le 2014-09-03 par Olivier Frégaville-Arcas _ Information hospitalière
Source: Medical DailyAccéder à la source


Publicité

En savoir plus