Publicité
Accueil > Fil actus Santé > Cardiologie
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application

Biofutur


Partenaires


Publicité

2014-09-05
Fil actus Santé

Tags: Carmat -  coeur artificiel -  greffe - 
Implantation d’un deuxième cœur bio-artificiel - Fil actus Santé
Implantation d’un deuxième cœur bio-artificiel

Dans le plus grand secret, il y a un peu plus de trois semaines, un deuxième cœur artificiel bioprothétique de la société Carmat a été implanté par le professeur Daniel Duveau au centre hospitalier de Nantes. Cette nouvelle greffe intervient huit mois après une très médiatique première opération, qui s’est soldée plus de 75 jours après par la mort du patient.

Publicité

Alors que la rumeur d’une nouvelle implantation du cœur artificiel Carmat enfle depuis plusieurs jours, il ne fait quasiment plus aucun doute qu’un nouveau patient "au pronostic vital engagé à brève échéance" ait reçu cette bioprothèse de haute technologie. Si les différences sources journalistiques, Libération et France Inter révèlent que tout se serait bien passé, ni le centre hospitalier universitaire de Nantes, ni le fabricant et concepteur du cœur n’ont souhaité communique sur le sujet.

Selon les dernières informations qui ont filtré, on sait que c’est le professeur Daniel Duveau, l’un des chirurgiens seniors présents, lors de la première implantation de cette bioprothèse à l'hôpital Georges-Pompidou à Paris, qui a greffé ce deuxième cœur bio artificiel.

Cette nouvelle étape dans le processus d’essais cliniques intervient alors que le flou demeure concernant les causes de la mort du premier patient. Si le professeur Carpentier avait évoqué une défaillance technique (un court-circuit), les comptes rendus des deux commissions chargées de mener l’expertise sur ce décès sont restés confidentiels. La société Carmat était restée optimiste et avait surtout communiqué à l’époque sur le succès de l’expérience, le patient ayant survécu plus de 75 jours après l’intervention, au lieu des 30 jours définis comme critère d’efficacité par le protocole de recherche.

Afin d’éviter une surmédiatisation de ce nouvel essai, au vu des enjeux industriels et financiers, c’est le silence absolu qu’a souhaité garder la société Carmat…il faudra attendre l’issue des 4 essais programmés pour en savoir plus… affaire à suivre…

Article écrit le 2014-09-05 par Olivier frégaville-Arcas _ Information hospitalière
Source: AFPAccéder à la source


Publicité

En savoir plus