Publicité
Accueil > Fil actus Santé > Cancérologie
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application

Biofutur


Partenaires


Publicité

2014-09-12
Fil actus Santé

Tags: Cancer du col de l'utérus -  HPV - 
Cancer du col de l’utérus : vers un renforcement de la vaccination ?

 - Fil actus Santé
Cancer du col de l’utérus : vers un renforcement de la vaccination ?

Devant l’augmentation des cas de cancer de col de l’utérus au cours de la dernière décennie, le Haut Conseil de santé publique (HCSP) vient d’émettre de nouvelles recommandations afin de renforcer la vaccination contre le papillomavirus humain (HPV). Afin de toucher le plus de jeunes filles possible, il souhaite que le vaccin puisse être administré, sous certaines conditions très encadrées, à l’école dés l’âge de 9 ans.

Publicité

Actuellement, on estime que chaque année, un peu plus de 3 000 françaises développent un cancer du col de l’utérus, et 1 000 d'entre elles décèdent des suites de cette maladie. C’est le troisième cancer le plus courant chez la femme. Le meilleur moyen pour se prémunir du risque de développer cette tumeur est d’être vaccinée contre les papillomavirus (HPV), avant le premier rapport sexuel. S’il existe une quarantaine d’HPV différents, les spécialistes estiment que dans 70 % des cas, l’apparition du cancer du col de l’utérus est due aux virus de types 16 et 18. C’est d’ailleurs contre ces deux agents pathogènes spécifiques que les deux vaccins, mis sur le marché depuis plusieurs années, sont efficaces. Leur utilisation est toutefois contestée par de nombreuses associations de patientes et certains spécialistes, en raison de certains effets secondaires graves, qui lui sont imputés. Jusqu'à présent, aucune preuve ne permet de faire le lien…

Suite aux conclusions d’un rapport qui vient d’être publiées sur l’état réel de vaccination anti papillomavirus humain, le HCSP estime qu’il est nécessaire pour enrayer la propagation de cet agent pathogène d’améliorer la couverture vaccinale en touchant plus de jeunes filles avant leur premier rapport sexuel. Pour cela, il recommande d’autoriser la vaccination en milieu scolaire, avec l’administration d’une première dose dès 9 ans, au lieu des 11 ans actuel. Cette mesure se calque sur celle d’autres pays européens, comme le Royaume-Uni, qui actuellement ont une couverture vaccinale de l’ordre de 80 %.


En France, la forte réticence à l’égard du vaccin, bien que la plupart des études menées à l’étranger n’aient pas permis de montrer qu’il existait des risques particuliers imputables à ce traitement prophylactique, entraîne un retard de plus en plus important dans la lutte contre le cancer du col de l’utérus. En effet, alors ...

Page suivante (2 / 2)

Article écrit le 2014-09-12 par Olivier Frégaville-Arcas _ information hospitalière
Source: Communiqué de presse HCSPAccéder à la source


Publicité

En savoir plus

(crédit photo : Papillomavirus © wikimedia commons)