Publicité
Accueil > Fil actus Santé > Santé publique
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application

Biofutur


Partenaires


Publicité

2015-01-20
Fil actus Santé

Tags: Montres connectées - 
Objets connectés : les médecins plutôt favorables - Fil actus Santé
Objets connectés : les médecins plutôt favorables

Les objets connectés ont fait une entrée fracassante dans le quotidien des Français. De la tétine-thermomètre pour bébé au tensiomètre, en passant par le tee-shirt "multicapteurs", le bracelet ou la montre podomètre, tout est fait pour faciliter notre quotidien et vérifier notre état de santé. Face à cette déferlante de gadgets "high-tech", il semble qu’une majorité de médecins voient d’un bon œil cet ensemble d’innovations capables d’améliorer la qualité des soins, mais aussi, d'assurer un meilleur suivi préventif.

Publicité

Depuis plusieurs mois, les outils connectés consacrés à la santé fleurissent sur les étals des boutiques à un rythme effréné, et se vendent comme des petits pains. De plus en plus soucieux de leur état de santé, les Français s’équipent afin de faciliter leur quotidien et se maintenir en forme. Devant un tel engouement de la population, Orange et l'assureur MNH ont sollicité l'institut Odoxa afin qu’il enquête sur le point de vue des médecins. Les premières données montrent que près de 81 % des praticiens pensent que c’est une bonne chose et que « la santé connectée est une opportunité pour la qualité de soins. » Par ailleurs, ils seraient 91 % à estimer que c’est un bon moyen pour « améliorer la prévention, notamment en ce qui concerne les risques d'obésité, de diabète ou d'hypertension. »

Au-delà de leur aspect "gadget", ces nouveaux outils permettraient, selon 70 % des médecins interrogés, d’améliorer le suivi médical ainsi que la qualité de vie des patients souffrant de maladies chroniques ou d'affections de longue durée. Ce serait aussi, pour près de 37 % des sondés, un moyen original d’intéresser les jeunes à leur santé.


Toutefois, une majorité de praticiens estiment que ces objets connectés qui transmettent de nombreuses informations sur l’état de santé du patient, doivent être utilisés de manière très encadrée pour éviter que le secret médical ne soit plus respecté. Il est également important que le médecin reste le "référent santé" , l’ensemble des ces gadgets "high-tech" ne devant pas prendre le pas sur une consultation en cas de doute sur son état de santé…

Article écrit le 2015-01-20 par Olivier Frégaville-Arcas _ Information hospitalière
Source: AFPAccéder à la source


Publicité

En savoir plus