Publicité
Accueil > Fil actus Santé > Neurologique
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application

Biofutur


Partenaires


Publicité

2015-01-28
Fil actus Santé

Tags: Alzheimer -  Somnifères -  tranquilisants - 

Alzheimer : un risque augmenté par certains médicaments d’usage courant - Fil actus Santé
Alzheimer : un risque augmenté par certains médicaments d’usage courant

Consommés sur une longue période et à haute dose, certains médicaments d’usage courant pourraient, chez les personnes âgées, augmenter le risque de survenue de démence, dont la maladie d’Alzheimer. L’étude américaine, parue dans la dernière édition du Journal of the American Medical Association, Internal Medicine, met notamment en cause certains traitements anticholinergiques, ou antidépresseurs, ou somnifères, ou antiallergiques.

Publicité

La maladie d’Alzheimer résulte d’un double processus : l’accumulation en plaques de peptides anormaux ß-amyloïdes dans le cerveau, et l'augmentation de la capacité de phosphorylation de la protéine Tau, ce qui entraîne une concentration élevée de protéines Tau anormales dans les cellules nerveuses en dégénérescence. Actuellement, on estime que plus de 860 000 Français et 18 millions d’individus dans le monde seraient victimes de cette maladie pour laquelle il n’existe aucun traitement curatif.

Depuis plusieurs mois, les études s’enchaînent et tendent toutes à confirmer que certains médicaments seraient susceptibles d’augmenter les risques de développer une démence. Des compte-rendus de travaux, parus en septembre dernier dans le BMJ, montraient que certains somnifères étaient déjà soupçonnés d’avoir une telle action.

Cette fois-ci, Shelly Gray, de l'Université de Washington à Seattle, et ses collaborateurs, ont montré que plusieurs médicaments couramment utilisés, pourraient bien être responsables d’un accroissement des risques de survenue d'une maladie neurodégénérative chez les personnes âgées.

Financées par l'Institut National Américain de la santé (NIH), ces recherches ont suivi la consommation en médicaments de plus 3 500 personnes âgées de 65 ans et plus. Les premiers constats montrent un lien plausible entre la prise de certains antiallergiques, ou de tranquilisants comme le Nytol®, le Benadryl®, le Piriton® ou Ditropan®, et le risque de développer une démence. Le point commun de la plupart de ces médicaments est qu’ils contiennent tous un anticholinergique, substance qui bloque l'acétylcholine, un neurotransmetteur.

Selon les chercheurs, en perturbant la communication entre les neurones, cette molécule pourrait avoir une incidence sur l’apprentissage, la mémoire et l'activité musculaire.

Par ailleurs, les travaux de Shelly Gray montrent pour la premières fois qu’il existe un lien fort entre la dose et l’accroissement du risque. En effet, les patients étudiés prenant au moins 10 mg/jour de doxépine (un antidépresseur), 4 mg/jour du ...

Page suivante (2 / 2)

Article écrit le 2015-01-28 par Olivier Frégaville-Arcas _Information hospitalière
Source: AFPAccéder à la source


Publicité

En savoir plus