Publicité
Accueil > Fil actus Santé > Cancérologie
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application

Biofutur


Partenaires


Publicité

2015-02-09
Fil actus Santé

Tags: cacner du pancré - 
Appel aux dons pour une molécule anticancéreuse prometteuse - Fil actus Santé
Appel aux dons pour une molécule anticancéreuse prometteuse

Afin de vérifier l’efficacité sur l’être humain d’une molécule anticancéreuse, particulièrement prometteuse, Ecrins Therapeutics, une jeune start-up française, vient de lancer un appel au financement participatif.

Publicité

Tout a commencé en 2008 quand une jeune biologiste, Aurélie Juhem, découvre une nouvelle molécule, appelée ET-D5. Très vite, les premiers tests montrent que cette dernière est capable de lutter efficacement contre certaines formes de cancers. Forte de ces premiers résultats et afin d’étudier les propriétés d’ET-D5 sur des modèles de souris développant des tumeurs, la chercheuse crée, en 2010, la start-up Ecrins Therapeutics avec le docteur Andreï Popov.

Très vite, Aurélie Juhem et ses collaborateurs découvrent que la molécule a une double activité : d’une part, anti-proliférative, et d’autre part, anti-vasculaire. Ainsi, elle empêche, d’une part, la multiplication des cellules cancéreuses, et d’autre part, elle bloque l’alimentation de ces dernières en détruisant les vaisseaux sanguins qui leur apportent les nutriments nécessaires à leur croissance. La combinaison de ces deux actions entraîne inexorablement la mort des cellules tumorales.

Suite à ce constat très encourageant sur les modèles murins, l’entreprise souhaite mettre en place des tests cliniques sur l’être humain afin de pouvoir commercialiser au plus vite cette molécule et ainsi, en faire bénéficier les patients en attente de traitement efficace contre le cancer qui les ronge. Les premiers essais seraient réalisés sur des personnes ayant développé un cancer du foie, du pancréas, du rein, ou un sarcome. A cette fin, les chercheurs ont besoin d’au moins 500 000 euros. Ils se sont donc inscrits sur un site de financement participatif (wiseed). L’objectif est d’obtenir cette somme au plus vite pour débuter les tests au cours du premier trimestre 2016… Affaire à suivre, donc…

Article écrit le 2015-02-09 par Olivier Frégaville-Arcas _Information Hospitaliere
Source: AFPAccéder à la source


Publicité

En savoir plus