Publicité
Accueil > Actualité médicale >
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2005-06-17
Actualité médicale

Tags: Comportement -  muscles -  haute -  altitude - 
Comportement des muscles en haute altitude
 - Actualité médicale
Comportement des muscles en haute altitude

Les muscles des personnes résidant en plaine n'ont pas l'envergure de ceux des tibétains habitués à vivre à des altitudes élevées. Une des plus grandes références en matière de médecine et de physiologie en haute montagne, Paolo Cerretelli de l'Institut de Bioimagerie et Physiologie moléculaire de Milan, a découvert que les muscles des européens (populations caucasiennes) apparaissent endommagés après un séjour moyennement long à des altitudes élevées.

Publicité

Les muscles des personnes résidant en plaine n'ont pas l'envergure de ceux des tibétains habitués à vivre à des altitudes élevées. Une des plus grandes références en matière de médecine et de physiologie en haute montagne, Paolo Cerretelli de l'Institut de Bioimagerie et Physiologie moléculaire de Milan, a découvert que les muscles des européens (populations caucasiennes) apparaissent endommagés après un séjour moyennement long à des altitudes élevées. Les muscles, en effet, ne développent pas les systèmes protecteurs et enzymatiques nécessaires, comme le font les muscles des populations du Tibet. La découverte, présentée à la conférence mondiale de physiologie de San Diego en Californie, soulève la question du poids prépondérant des gènes sur l'adaptation de l'organisme à de hautes altitudes.
Cerretelli a récemment découvert, qu'à 5000 mètres, la puissance musculaire des tibétains diminue de 8% maximum tandis que la nôtre chute de 35-40%. De plus, les muscles des tibétains sont protégés par des systèmes enzymatiques qui purifient l'organisme de l'overdose de radicaux libres à laquelle il est soumis à des altitudes élevées.
Dans la nouvelle étude -a expliqué le physiologiste- nous avons utilisé des échantillons de muscles de guides alpins, prélevés avant et après les expéditions sur l'Everest et le Lhotse en 1981 et 1986 et congelés en attente de moyens techniques pour les étudier. Les modifications moléculaires et enzymatiques produites dans les muscles, par le séjour de deux-trois mois en altitude, ont été examinées. Les différences apparues entre les muscles tibétains et caucasiens sont évidentes, a référé Cerretelli : chez les Tibétains, même à 5000 mètres d'altitude, le niveau de lipofuscine, molécule indicatrice du dommage causé par les radicaux libres, est faible alors que, chez les autres, cette molécule reste en excès après l'expédition.
De plus, les caucasiens présentent des dégâts cellulaires et au niveau des mitochondries, les "centrales énergétiques" ...

Page suivante (2 / 3)

Article écrit le 2005-06-17 par
Source: Accéder à la source

Mots clés: Comportement muscles haute altitude


Publicité

En savoir plus




: Sur le même thème...