Publicité
Accueil > Actualité médicale >
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2005-05-17
Actualité médicale

Tags:
Mesurer l'activité du cerveau par l'image - Actualité médicale
Mesurer l'activité du cerveau par l'image

De la science-fiction aux réalités de demain, Lizann Bolinger et Ryan D'Arcy, des laboratoires de recherche de l'Institut du biodiagnostic du Conseil National de Recherches du Canada (IBD-CNRC) à Winnipeg et Halifax, travaillent sur un projet qui pourrait aboutir à des ordinateurs commandés par la pensée.

Publicité

De la science-fiction aux réalités de demain, Lizann Bolinger et Ryan D'Arcy, des laboratoires de recherche de l'Institut du biodiagnostic du Conseil National de Recherches du Canada (IBD-CNRC) à Winnipeg et Halifax, travaillent sur un projet qui pourrait aboutir à des ordinateurs commandés par la pensée. En effet, ces chercheurs sont persuadés qu'en combinant l'EEG (électroencéphalographie) et l'IRMf (imagerie par résonance magnétique fonctionnelle), on pourrait améliorer le diagnostic actuel des états neurologiques allant de l'épilepsie à la maladie d'Alzheimer en passant par l'autisme et le TDAH (trouble de déficit de l'attention et de l'hyperactivité).
Alors que l'EEG résume l'activité électrique du cerveau détectée sur le crâne, l'IRMf suit les fonctions cérébrales d'après les fluctuations de la quantité d'oxygène transporté par le sang. En effet, lorsqu'il y a stimulation, le sang irrigue plus vite les zones de l'encéphale qui ont été activées. Cet afflux de sang amène plus d'oxygène, ce qu'on peut déceler par une modification de l'intensité du signal en IRMf. Toutefois, l'arrivée et l'absorption d'oxygène n'est qu'un changement indirect qui prend plus de temps à se produire que l'activité électrique constante du cerveau mesurée par l'EEG.
L'enjeu est donc de mieux intégrer les données cartographiques de l'IRMf et les relevés de l'EEG pour déceler les anomalies du cerveau plus tôt et avec une plus grande précision.
Ryan D'Arcy et Lizann Bolinger ont travaillé avec les techniques du potentiel évoqué cognitif du cerveau (PEC) N400 afin de préciser l'emplacement du cerveau à l'origine de manifestations électriques de la pensée supérieure. Ainsi, réalisé sur des personnes au système neurologique malade, le PEC N400 détermine si leurs processus cognitifs supérieurs leur permet de comprendre ce qui les entoure. L'équipe espère ainsi que la combinaison du PEC N400 et de l'IRMf deviendra un test clinique pour les malades incapables de ...

Page suivante (2 / 2)

Article écrit le 2005-05-17 par auteur
Source: http://www.nrc-cnrc.gc.ca/main_f.html Elodie Pinot, OTTAWA, sciefran@ambafrance-ca.org Cette information est un extrait du BE Canada numéro 276 du 17/05/2005 rédigé par l'Ambassade de France au Canada. Les Bulletins Electroniques (BE) sont un service ADIT et sont accessibles gratuitement sur www.bulletins-electroniques.com Accéder à la source


Publicité

En savoir plus




: Sur le même thème...