Publicité
Accueil > Actualité médicale > Dermatologie
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2005-10-17
Actualité médicale

Tags: psoriasis -  maladie -  peau -  maladie -  auto-immune - 
Le psoriasis, maladie de la peau ou maladie auto-immune ?
 - Actualité médicale
Le psoriasis, maladie de la peau ou maladie auto-immune ?

Le psoriasis est une maladie chronique, affectant 1 à 3 % de la population et se traduisant par l'apparition de lésions cutanées, recouvertes de squames blanchâtres, sèches, et ce au niveau des genoux, des coudes, des ongles ou du cuir chevelu ; de 5 à 20% des patients concernés développent en sus une arthrite psoriatique, déformante et parfois invalidante.

Publicité

Le psoriasis est une maladie chronique, affectant 1 à 3 % de la population et se traduisant par l'apparition de lésions cutanées, recouvertes de squames blanchâtres, sèches, et ce au niveau des genoux, des coudes, des ongles ou du cuir chevelu ; de 5 à 20% des patients concernés développent en sus une arthrite psoriatique, déformante et parfois invalidante. L'origine de la maladie reste pourtant inconnue, deux hypothèses s'affrontant toujours : selon la première, le psoriasis est une maladie de la peau, entraînant parfois des dérèglements immunologiques ; selon la seconde, la maladie est d'abord auto-immune, déclenchée par les lymphocytes T, puis s'exprime au niveau de la peau des articulations.
Des chercheurs de l'Institut de pathologie moléculaire (IMP) viennent d'étayer la première hypothèse, en développant un modèle murin du psoriasis. Mieux, leurs souris génétiquement modifiées développent aussi une arthrite psoriatique, alors que les modèles animaux précédents ne développaient que des lésions cutanées. Ce modèle, plus proche de la réalité physiologique de la maladie, est par ailleurs activable à volonté (par injection de tamoxifène) : la maladie est déclenchée par l'expérimentateur, au moment voulu, les souris développant alors dans les deux semaines une affection comparable à celle touchant l'homme.
L'initiation de la maladie se fait en désactivant simultanément les gènes JunB et c-Jun, grâce à des interrupteurs génétiques. Au cours d'analyses de prélèvements de peau issus de la Clinique de dermatologie de l'Université de Vienne, les scientifiques de l'IMP avaient effectivement noté que le facteur de transcription JunB (19p13.2) est sous-exprimé dans les kératinocytes des lésions causées par la psoriasis. Or ce gène influence la multiplication et la différenciation cellulaire, ainsi que la réaction des cellules au stress. Il ne doit d'ailleurs pas être éteint au cours du développement embryonnaire, faute de quoi les souriceaux naissent mort-nés.
Le modèle développé, d'abord ...

Page suivante (2 / 2)

Article écrit le 2005-10-17 par
Source: Accéder à la source

Mots clés: psoriasis maladie peau maladie auto-immune


Publicité

En savoir plus