Publicité
Accueil > Actualité médicale >
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2005-03-07
Actualité médicale

Tags:
Un lien entre la schizophrénie et les mutations génétiques - Actualité médicale
Un lien entre la schizophrénie et les mutations génétiques

Le Dr Philip Seeman, chercheur subventionné par les Instituts de Recherche en Santé du Canada de l'Université de Toronto, a découvert que des mutations génétiques peuvent influencer les récepteurs dopaminergiques du cerveau et entraîner une psychose (comme des périodes récurrentes d'hallucinations dans le cas de la schizophrénie).

Publicité

Le Dr Philip Seeman, chercheur subventionné par les Instituts de Recherche en Santé du Canada de l'Université de Toronto, a découvert que des mutations génétiques peuvent influencer les récepteurs dopaminergiques du cerveau et entraîner une psychose (comme des périodes récurrentes d'hallucinations dans le cas de la schizophrénie). La supersensibilité à la dopamine caractéristique de la schizophrénie peut être causée par les mutations d'une grande variété de gènes, qui n'ont pas nécessairement de rapport avec les récepteurs à dopamine du cerveau. Cette supersensibilité serait une compensation du cerveau en réaction à l'altération de ces gènes, une sorte de système de secours pour conserver les fonctions vitales du corps et du cerveau. En effet la dopamine est un neurotransmetteur qui permet aux personnes de bouger, de penser et de ressentir des émotions.
Un système dopaminergique excessivement actif peut déclencher des hallucinations et des illusions, comme c'est le cas pour la schizophrénie, l'abus d'amphétamines ou la maladie d'Alzheimer. Dans le cas d'un abus de drogue la réaction est temporaire, elle est récurrente quant il s'agit de la maladie d'Alzheimer.
La prochaine étape pour les chercheurs consiste à identifier et à expliquer le mécanisme qui amène le cerveau à devenir excessivement sensible à la dopamine, quelqu'en soit la raison : abus de drogue ou mutation génétique.
Les autres universités qui travaillent sur cette étude sont celles de McGill, et McMaster(Canada), Kuopio (Finlande), Emory, Oregon Health and Science, Duke, et l'université de Washington (USA).

Article écrit le 2005-03-07 par auteur
Source: http://www.news.utoronto.ca/bin6/050215-989.asp Marianne Lancelot, OTTAWA, st-cafr@ambafrance-ca.org Cette information est un extrait du BE Canada numéro 271 du 7/03/2005 rédigé par l'Ambassade de France au Canada. Les Bulletins Electroniques (BE) sont un service ADIT et sont accessibles gratuitement sur www.bulletins-electroniques.com Accéder à la source


Publicité

En savoir plus




: Sur le même thème...