Publicité
Accueil > Actualité médicale >
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2005-02-07
Actualité médicale

Tags:
La résistance à
La résistance à "l'hormone de l'obésité" pourrait contribuer à l'apparition du diabète

L'obésité, accompagnée de son invalidant partenaire le diabète, est aujourd'hui reconnue comme un problème de santé publique majeur en Amérique du Nord. Les scientifiques savent que ces deux conditions sont souvent liées mais ils peinent encore à expliquer par quels mécanismes. C'est ce que tente de trouver Timothy KIEFFER, chercheur sur le diabète et professeur associé à l'Université de Colombie Britannique.

Publicité

L'obésité, accompagnée de son invalidant partenaire le diabète, est aujourd'hui reconnue comme un problème de santé publique majeur en Amérique du Nord. Les scientifiques savent que ces deux conditions sont souvent liées mais ils peinent encore à expliquer par quels mécanismes. C'est ce que tente de trouver Timothy KIEFFER, chercheur sur le diabète et professeur associé à l'Université de Colombie Britannique. Arriver à maintenir une perte de poids chez les patients obèses est difficile, en particulier parce qu'ils doivent aussi combattre des effets hormonaux puissants.
La leptine, aussi connue comme "hormone de l'obésité", est habituellement produite par les cellules graisseuses. Elle informe la partie du cerveau qui contrôle l'alimentation de la quantité de graisse dans l'organisme. C'est cette information qui sert notamment à limiter les changements de poids : quand l'individu perd de la masse grasse, les niveaux de leptine chutent. Le cerveau interprète alors cela comme le signal que l'organisme manque de nourriture et qu'il faut manger plus pour retrouver un poids et un niveau de leptine normal. Les personnes obèses produisent des quantités importantes de leptine mais sont résistantes à ce signal. Puisque l'information n'est pas perçue par le cerveau, celui-ci l'interprète comme un manque de leptine et encourage l'organisme à s'alimenter davantage.
KIEFFER pense que la résistance à la leptine peut contribuer au développement du diabète lié à l'obésité. Dans ses prochaines études, il compte observer les effets de la leptine sur la régulation du taux de sucre dans le sang et rechercher un moyen d'inverser la résistance à cette hormone. Ces travaux pourraient conduire au développement de traitements pour aider les patients à maintenir un poids sain et réduire les risque de diabète. La manière dont l'organisme régule son poids est plus complexe que ce que l'on croyait initialement, cependant, KIEFFER rappelle que ...

Page suivante (2 / 2)

Article écrit le 2005-02-07 par auteur
Source: University of British Columbia reports, 10/01/2005 Delphine Dupré, VANCOUVER, attache-scientifique@consulfrance-vancouver.org Cette information est un extrait du BE Canada numéro 269 du 7/02/2005 rédigé par l'Ambassade de France au Canada. Les Bulletins Electroniques (BE) sont un service ADIT et sont accessibles gratuitement sur www.bulletins-electroniques.com Accéder à la source


Publicité

En savoir plus




: Sur le même thème...