Publicité
Accueil > Actualité médicale >
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2005-07-18
Actualité médicale

Tags:
La recherche sur le diabète avance, tant au plan fondamental que clinique - Actualité médicale
La recherche sur le diabète avance, tant au plan fondamental que clinique

Une étude franco-britannique, co-financée par le Wellcome Trust et le "Medical Research Council" (MRC) et publiée dans "Nature Genetics online" le 17 juillet 2005, renverse les idées reçues quant au développement de l'obésité et du diabète non-insulino dépendant (DNID, aussi appelé diabète de type 2) : la mutation d'un gène, ENPP1, situé sur le bras long du chromosome 6 pourrait être au moins en partie responsable de la résistance à l'insuline, qui pourrait alors représenter un facteur causal du diabète chez près de la moitié des familles obèses.

Publicité

Une étude franco-britannique, co-financée par le Wellcome Trust et le "Medical Research Council" (MRC) et publiée dans "Nature Genetics online" le 17 juillet 2005, renverse les idées reçues quant au développement de l'obésité et du diabète non-insulino dépendant (DNID, aussi appelé diabète de type 2) : la mutation d'un gène, ENPP1, situé sur le bras long du chromosome 6 pourrait être au moins en partie responsable de la résistance à l'insuline, qui pourrait alors représenter un facteur causal du diabète chez près de la moitié des familles obèses. L'analyse du gène a montré une association entre la mutation et l'obésité de l'enfant (p=0,0006), l'obésité modérée ou morbide de l'adulte (p=0,006) et le DNID (p=0,00002).
Dans l'étude, le professeur Philippe Froguel (Institut Pasteur, Lille), responsable de l'étude effectuée en collaboration avec une équipe d'"Imperial College, London", a inclus environ 2400 enfants âgés de 5 à 11 ans, une moitié montrant des signes cliniques d'obésité et l'autre moitié ayant un poids normal et constituant le groupe contrôle. La fréquence d'apparition du gène muté était deux à trois fois plus élevée dans le groupe des enfants obèses que dans le groupe contrôle. Les chercheurs ont ensuite étudié le génome des parents et grands-parents de ces enfants obèses et ont découvert que la mutation de ENPP1 était héréditaire dans près de la moitié des familles étudiées, conduisant les scientifiques à suggérer que la mutation de ce gène pourrait contribuer à la résistance à l'insuline et cette dernière mener à l'obésité de l'enfant et au développement précoce du DNID, plutôt que d'en être une conséquence.
Le gène mutant, qui existe chez près de 20% de la population caucasienne et 50% de la population noire, encode une protéine capable de se lier aux récepteurs de l'insuline, en particulier dans le cerveau et le ...

Page suivante (2 / 4)

Article écrit le 2005-07-18 par auteur
Source: Imperial College, press release, 25/07/05, http://www.imperial.ac.uk ; NatureGenetics, 17/07/05, http://www.nature.com ; New Scientist, News, 18/07/05, http://www.news cientist.com Dr Claire Mouchot Accéder à la source


Publicité

En savoir plus




: Sur le même thème...