Publicité
Accueil > Actualité médicale >
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2003-10-09
Actualité médicale

Tags: chercheurs -  viennois -  developpent -  alternative -  souris knock-out - 
Des chercheurs viennois développent une alternative aux
Des chercheurs viennois développent une alternative aux "souris knock-out".

Aujourd'hui, pour déterminer les fonctions exactes d'un gène, les chercheurs emploient la technique dite du "knock-out" sur des souris. Cette technique consiste à détruire dans le génome le gène étudié et d'observer quelles sont les conséquences de cette inactivation.

Publicité

Aujourd'hui, pour déterminer les fonctions exactes d'un gène, les chercheurs emploient la technique dite du "knock-out" sur des souris. Cette technique consiste à détruire dans le génome le gène étudié et d'observer quelles sont les conséquences de cette inactivation. Des scientifiques de l'institut d'élevage animal et de génétique (Institut für Tierzucht und Genetik) de l'université de médecine vétérinaire de Vienne travaillent dans le cadre du programme de recherche national sur le génome (GEN-AU, http://www.gen-au.at), sur une alternative pour la recherche des fonctions d'un gène. GEN-AU est un programme lancé par le ministère de l'éducation des sciences et de la culture (BMBWK). Il est doté de 100 millions d'Euro sur 9 ans. Le projet de l'institut d'élevage animal et de génétique est dirigé par Thomas Czerny et il possède un budget de 450.000 Euro.
Le groupe de recherche de Czerny travaille sur des petits poissons medaka, des petits poissons japonais, différents des poissons-zebres. Les mâles de cette espèce sont exposés à un mutagène qui change radicalement le patrimoine héréditaire contenu dans leurs gamètes. L'objectif, contrairement au cas des souris knock-out, est de provoquer de nombreuses mutations aléatoires qui sont ensuite transmises aux descendants des poissons traités par ce mutagène. Comme les spermatozoïdes du père sont modifiées au hasard, chaque descendant montre des mutations différentes. La question est ensuite de savoir si, parmi ces nombreuses modifications, le gène étudié a lui aussi muté. Un petit morceau de tissu est prélevé sur la nageoire caudale des poissons descendants et le gène étudié est ensuite multiplié par réaction en chaîne par polymérase (PCR). Pour savoir ensuite si parmi ces prélèvements, le gène étudié a muté, les chercheurs viennois ont développé une méthode dite "screen-out" (en référence à la méthode "knock-out"). Cette méthode consiste à insérer dans des bactéries les gènes multipliés ...

Page suivante (2 / 3)

Article écrit le 2003-10-09 par
Source: Accéder à la source

Mots clés: chercheurs viennois developpent alternative souris knock-out


Publicité

En savoir plus




: Sur le même thème...