Publicité
Accueil > Actualité médicale >
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2003-10-10
Actualité médicale

Tags: champion -  saut - 
Un nouveau champion de saut identifié - Actualité médicale
Un nouveau champion de saut identifié

Il ne mesure que 6,1mm pour 12,3 mg, il porte le doux nom de Philaenus spumarius (aphrophore ou cercopide pour les intimes !) et il vient de détrôner la puce de la première marche du podium avec un saut maximum de 70 cm (43 cm en moyenne) ! Jusqu'à présent, on connaissait deux techniques de saut dans la nature : celle des animaux avec des longues pattes (kangourou, grenouille, sauterelle) qui utilisent leurs pattes postérieures comme des ressorts et celle des animaux à courtes pattes (puce) qui emmagasinent de l'énergie pour se propulser.

Publicité

Il ne mesure que 6,1mm pour 12,3 mg, il porte le doux nom de Philaenus spumarius (aphrophore ou cercopide pour les intimes !) et il vient de détrôner la puce de la première marche du podium avec un saut maximum de 70 cm (43 cm en moyenne) ! Jusqu'à présent, on connaissait deux techniques de saut dans la nature : celle des animaux avec des longues pattes (kangourou, grenouille, sauterelle) qui utilisent leurs pattes postérieures comme des ressorts et celle des animaux à courtes pattes (puce) qui emmagasinent de l'énergie pour se propulser. Mais d'après Malcom Burrows, chercheur au département de zoologie de l'Université de Cambridge, ce champion utilise une technique de saut révolutionnaire pour propulser son corps à un maximum de 4.000 m.s-2, soit l'équivalent de 408g ! En effet, la force (100J) nécessaire pour effectuer ce saut ne peut pas être produite uniquement par la contraction musculaire directe des pattes postérieures. Il faut donc également qu'il y ait relâchement d'une force musculaire emmagasinée à l'avance. Des observations attentives ont permis d'identifier ce mécanisme : juste avant le saut, les pattes arrières de notre aphrophore sont tournées vers l'avant, de telle manière que le fémur soit coincé entre le torse de l'animal et les pattes du milieu. Le tibia est également plié le long du fémur. Une saillie sur la partie dorsale du fémur vient former une sorte de verrou au niveau de la protubérance de la hanche, empêchant l'extension des pattes postérieures. Cette position permet d'accumuler l'énergie au niveau du thorax ou des tendons. Pour que l'extension de la patte puisse avoir lieu, il est nécessaire que le fémur se dégage de la hanche, ce qui est probablement dû à la force excessive des muscles compressés : la saillie du fémur jaillie de la protubérance ...

Page suivante (2 / 2)

Article écrit le 2003-10-10 par
Source: Accéder à la source

Mots clés: champion saut


Publicité

En savoir plus




: Sur le même thème...